Mondiaux 2017: Lavillenie en quête de l'or

Mondiaux 2017: Lavillenie en quête de l'or

Publié le , modifié le

A deux jours de son entrée en lice aux Mondiaux de Londres, en qualifications de la perche, le recordman du monde (6,16 m) Renaud Lavillenie, auteur d'une saison très moyenne, revient dans une ville où il avait remporté l'or olympique il y a cinq ans, avec l'ambition d'aller cher le seul titre qui manque à son palmarès. Comme il l'a dit vendredi devant la presse, il sait que pour retrouver son vrai niveau, il devra être capable de dépasser ses récentes déceptions et de "se libérer".

Dans quelle forme abordez-vous ces Mondiaux?
Renaud Lavillenie:  "J'arrive en étant assez compétitif. Je suis content de revenir dans une ville qui m'a réussi précédemment. C'est plus quand tu rentres dans le stade que tu as plein de flashbacks, avec des petits détails anodins qui t'ont marqué. Je suis revenu trois fois et à chaque fois cela s'est très bien passé et je me suis réapproprié l'espace avec des ondes positives. C'est quelque chose qui te fait du bien, de revenir dans un stade qui te donne confiance, même si ça ne veut absolument rien dire sur le plan sportif. Mais d'un point de vue psychologique, tu es apaisé parce que tu n'as que des bonnes ondes sur le stade.Un Championnat, c'est toujours excitant et je ne viens pas pour faire de la figuration".

Comment jugez-vous vos dernières séances d'entraînement?
Renaud Lavillenie: : "J'ai eu des hauts et des bas. Il a fallu que j'organise mon temps avec la naissance de ma fille. J'ai eu des séances plus que moyennes et d'autres très bonnes. Les dernières ont montré une légère montée en puissance, ce qui était intéressant. Mais il faut tout remettre à jour en compétition. J'ai l'avantage d'avoir les qualifications qui vont me servir d'entraînement. Dans l'ensemble, je suis content d'avoir minimisé le temps perdu des derniers mois pour avoir un niveau assez correct."

Qu'est-ce cela change de ne pas être le grand favori ?
Renaud Lavillenie: "Cela enlève un petit peu de pression mais pas tant que ça parce que ce n'est pas comme si j'arrivais en étant outsider, sans avoir jamais rien fait. Je suis quand même attendu au tournant. Mais cette année, la donne a changé. Sam Kendricks a été très très fort cet été et sera le grandissime favori. Et il y a trois-quatre mecs qui sont un petit cran en-dessous mais en championnat, un saut peut tout changer. Je me retrouve dans une position qui était celle de mes concurrents par le passé. Est-ce que ça va me porter chance? Je ne sais pas. Mais je suis plus concentré sur le fait de sauter, prendre du plaisir et donner le maximum. L'objectif est d'aller chercher une médaille mais la différence entre l'or et le bronze, c'est parfois juste un échec. En tout cas je n'ai pas d'excès de confiance même si je sais ce que je vaux. Me libérer sera la clé de la réussite."

Christian Grégoire