Mamoudou-Elimane Hanne
Le troisième relayeur français Mamoudou-Elimane Hanne | AFP - OLIVIER MORIN

Les relais 4x400m tricolores s'offrent un tour final

Publié le , modifié le

Les deux relais 4x400m français se sont qualifiés de belle manière pour leur finale des Mondiaux, à Pékin. Les filles (Perrossier, Gayot, Raharolahy, Guei) ont pris leur ticket en prenant une très belle 3e place de leur série (meilleur temps de leur saison), alors que les garçons (Anne, Atine-Venel, Hanne, Jordier) se sont ouverts la porte de la finale, également grâce à leur meilleure marque de la saison (2'59"42), soit le deuxième temps d'un relais français. Les relais français seront donc présents dimanche pour clôre ces Mondiaux de Pékin.

Ca a couru vite. Très vite. Et les Français se sont mis au diapason. Championnes d'Europe en titre, les Françaises étaient les premières sur la piste du Nid d'oiseau. "On a fait un très beau chrono", se félicitait Marie Gayot. "On savait que ce serait costaud", soulignait Estelle Perrossier. "Tout le monde a joué le jeu et le but était de tout donner", analysait Floria Guei. La course a été maîtrisée, mais il n'y avait aucun triomphalisme quelques minutes après. Car toutes savent que cette qualification n'est qu'un début, et que la finale sera une toute autre chose: "Le niveau est très élevé. On est dans le coup mais il va falloir se donner à 200% demain", avertissait Marie Gayot. "Il n'y a pas de question à se poser", renchérissait Floria Guei.

Vidéo : La série des Françaises 

Chez les hommes, le constat est encore plus limpide. Sur les 8 finalistes, six relais ont réalisé leur meilleure performance de la saison, un a battu le record national (la Belgique), et les Américains ont tout simplement réalisé la meilleure performance mondiale de l'année (2'58"13). "Tout le monde va très vite sur cette piste, et c'est vrai qu'on s'y sent bien", admettait Teddy Atine-Venel. "C'est très costaud. Et on a bien vu que chaque détail compte", complétait Mame-Ibra Anne. "C'est le début de quelque chose. On est dans le Top 8, c'était l'objectif. Il faudra être aussi solidaires que lors des séries." Thomas Jordier, malgré une petite douleur aux ischio-jambiers, estime "qu'on peut aller chercher quelque chose de beau." Car, comme el souligne Teddy Atine-Venel, "tout peut arriver sur 4x400m: une chute. J'espère que le meilleur arrivera." Ils ont déjà réalisé la deuxième meilleure performance de l'histoire d'un relais français 4x400m, derrière le record de France établi en 2003 par les champions du monde Djhone-Keita-Diagana-Raquil.

Vidéo : la réaction du relais français masculin