Genzebe Dibaba
Genzebe Dibaba est la grande favorite du 1500m dames. | JULIEN CROSNIER / DPPI MEDIA

Le programme de mardi : Dibaba pour l'histoire, Bosse et Lemaître de retour dans le Nid d'Oiseau

Publié le , modifié le

Au programme ce mardi : les séries du 200m et quelques finales alléchantes qui promettent une sacrée soirée. Les Français Pierre-Ambroise Bosse et Mélina Robert-Michon espèrent se rapprocher ainsi du podium en finale du 800m et du disque. Genzebe Dibaba aura à coeur, elle, de prouver qu'elle est bien la patronne du 1500m ; David Rudisha, lui, cherchera à retrouver ce leadership sur 800m.

L’épreuve à ne pas rater : 800m hommes

Le 800m n’a plus de patron. David Rudisha n’est plus aussi dominateur qu’il y a deux ans, mais compte bien reconquérir le titre mondial de la discipline. Une joie qu’il a déjà connu en 2011, à Daegu. Après deux saisons compliquées, il s’est qualifié pour la finale du 800m  en remportant sa demie en 1’47’’70. Mais il faudra faire attention au Bosnien Amel Tuka, qui est l’auteur de la meilleure  performance mondiale de la saison en 1’42’’ 51. L’athlète de 24 ans avait abaissé son record  personnel de trois secondes et demie. Attention également à Ayanleh Souleiman (Djibouti) et Nijel Amos (Botswana).

L’athlète à suivre : Genzebe Dibaba

C’est la grande favorite du 1500 dames, dont la finale aura lieu à 14h35. L’Ethiopienne détient le record du monde de la discipline (3’50’’07). Alors qu’elle n’était pas encore sûre de participer au 1500m, la jeune femme de 24 ans voulant à la base se concentrer sur le 5 000, elle s’est finalement rétractée, et a pris le départ de l’épreuve. Vainqueur de sa série en 4’02’’59 (meilleur temps), Dibaba a également remporté sa demi-finale, en 4’06’’74. La demi-fondeuse sera à suivre de très près dans un stade où elle aimerait briller, sept ans après sa sœur Tirunesh qui avait empoché l’or olympique sur 10 000 et 5 000m. "Ce sont des mondiaux particuliers dans une ville particulière, où ma soeur avait remporté deux ors (doublé 10.000/5000 m aux JO-2008) dans ce stade unique", avait-elle avoué après sa série.

Les Français du jour :

Mélina Robert-Michon (Lancer du disque)
Pour ses 6e Mondiaux, Mélina Robert-Michon aura à nouveau une carte à jouer (ou en l’occurrence un disque à lancer) ce soir. Qualifiée pour la finale après un jet à 61,78m, la Française de 36 ans a une place de vice-championne du monde à défendre. Après l’argent à Moscou et Zürich, la discobole aimerait monter sur un troisième podium international en autant de saisons. C’est en 2008, dans ce même Nid d’Oiseau, que Robert-Michon avait participé à sa première finale internationale. 

Kafétien Gomis (Saut en longueur)
Kafétien Gomis est parvenu à rentrer en finale du saut en longueur après avoir réalisé 8m09 en qualifications. Le sauteur de 35 ans a débarqué à Pékin avec la neuvième meilleure performance mondiale de la saison, grâce à un saut à 8m26. Le champion de France élites de la spécialité parvient toujours à se surpasser dans ses derniers essais. La tendance s’est vérifiée en qualifications, où le Nordiste est parvenu à arracher sa place en finale sur son troisième et dernier essai. Mais il ne devra pas attendre celui-ci pour tenter de monter sur la boîte…

Pierre-Ambroise Bosse (800 m)
Il n’y croyait pas, et pourtant, il en sera. Après sa demi-finale dimanche bouclée à la quatrième place en 1’45’’02, Pierre-Ambroise Bosse ne croyait pas à sa qualification en finale. "Ce sont des chiens enragés, je ne suis qu'un homme", confiait-il dans la zone mixte. Et pourtant, le jeune homme de 23 ans courra sa seconde finale mondiale. Septième en 2013, Bosse est le dernier repêché au temps pour cette finale. Auteur de 1’43’’88 cette saison, il devra courir dans ces eaux-là pour espérer accrocher une breloque… Pour monter qu’il est plus qu’un homme.

Marie Gayot (400 m)
Marie Gayot s’est qualifiée pour les demi-finales du 400m, comme il y a deux ans. En série, elle a signé son septième chrono de la saison sous les 52 secondes. En 51’’24, la jeune femme de 25 ans a même battu à nouveau son record personnel. La Picarde, qui est étudiante en urbanisme et aménagement, vise une place en finale. Pour cela, il lui faudra à nouveau sortir une grosse course.

Floria Gueï (400 m)
La Française a fait forte impression en séries du 400m, où elle a terminé deuxième de sa course derrière Allyson Félix. La sprinteuse de 25 ans en a profité pour améliorer son record personnel, en 50’’89. Cette année, Gueï a pris du galon, en devenant la deuxième Française après Marie-José Pérec à descendre sous la barre des 51 secondes sur le tour de piste. La jeune femme au finish ravageur peut espérer une place dans le top 8 mondial.

Christophe Lemaitre (200 m)
Après une élimination en demi-finale du 100m, Christophe Lemaître est de retour dans le Nid d’Oiseau pour son épreuve fétiche, le 200m. Médaillé de bronze de la dsicipline en 2011, l’Aixois est un client dans le demi-tour de piste. Et ce, malgré une saison compliquée pour le Français de 25 ans, qui n’est pas parvenu à faire descendre le chrono comme il l’aurait souhaité. Mais sur un championnat, c’est avant tout la place qui compte. Le sprinteur entraîné par Pierre Carraz peut espérer rentrer en finale, et essayer d’y jouer la médaille de bronze (les deux premiers rangs semblent réservés à Bolt et Gatlin) au sein d’une concurrence relevée.

Jeffrey John (200 m)
A 23 ans, Jeffrey John vit son premier championnat du monde. Avec un record personnel à 20’’38, battu cette année, le jeune homme peut espérer passer le stade des séries et se hisser jusqu’en demi-finale. Celui qui découvre son premier grand championnat senior est ici pour apprendre, en vue des Jeux Olympiques de Rio.

Le programme :​

Lancer du disque - Femmes - Finale à 13h
400m - Femmes - Demi-finale 13h05
Saut en longueur - Hommes - Finale à 13h25
200m - Hommes - Séries à 13h30
400m Haies - Hommes - Finale à 14h25
1500m - Femmes - Finale à 14h35
800m - Hommes - Finale à 14h55