Jimmy Vicaut
Le sprinteur français Jimmy Vicaut | AFP - FRANCK FIFE

La folle soirée de Jimmy Vicaut

Publié le , modifié le

Repêché en finale du 100m avec deux autres concurrents, Jimmy Vicaut, qui s'est classé 8e à égalité, a d'abord cru passer à la trappe en demi-finales. Après de longues et douloureuses minutes d'attente, il a appris sa qualification. Retour sur ce moment si particulier, au plus près du sprinteur français.

Il a jeté son numéro de cuissard de rage. Jimmy Vicaut a le visage fermé. Cela fait plusieurs minutes déjà qu’il a franchi la ligne d’arrivée de la troisième et dernière demi-finale du 100m, et il ne sait toujours pas s’il accède à la finale. Dans la zone mixte, il croise Christophe Lemaître, qui lui frappe dans la main. Lui sait qu’il s’arrête là sur 100m, et se dépêche de regarder sur les écrans si la sentence est tombée pour son compatriote. Mais rien ne fonctionne normalement en cette soirée. Pas de résultat. Le protégé de Guy Ontanon lâche de façon lapidaire : « Je me suis bien bagarré. Ca se joue au cassé. On verra bien. » Il s’en va, essaye de connaître son futur. Mais rien n’arrive. Il quitte cette zone de rencontre avec la presse, la tête basse, le regard toujours aussi interrogateur. Une poignée de minutes plus tard, le verdict est là : avec le Chinois Su et l’Américain Bromell, il accède à la finale avec le même temps (9"99). Repêchés. Ils seront donc 9 au lieu de 8 pour la grand-messe du sprint.

Vidéo: La demi-finale de Jimmy Vicaut

Un membre de l’équipe de France saute de joie en poussant un cri. Et le sprinteur accourt pour livrer ses impressions, dans un grand sourire mais le souffle très court : "C’est un soulagement de m.., comme un dégoût. Je suis très content, heureux. Un soulagement... C’est pas possible." C’est lâché comme ça, sans réfléchir, mais du fond du cœur. Un "lâcher-prise" pour un habituel "taiseux". Il faut dire que son palpitant a connu les montagnes russes, et pas seulement sur la piste. Mais dans moins de deux heures, il doit remettre ça. Récupération, retour au calme sont donc au programme.

Vidéo: "J'ai cru que c'était mort"

Sa deuxième finale mondiale

A 21h05, quand il rentre sur la piste, tous les compteurs sont remis à zéro. Mais au bout de cette course, et d’une finale extrêmement serrée (les neuf hommes se tiennent en 21 centièmes), Jimmy Vicaut finit à égalité avec Tyson Gay et Asafa Powell en 10". Cet épilogue ne lui a pourtant pas retiré son sourire au terme d’une journée inattendue, conclue par la deuxième finale mondiale de sa carrière à seulement 23 ans (après Daegu en 2011).

Vidéo: La réaction de Jimmy Vicaut

En revanche, Christophe Lemaitre s’attendait presque à son sort : une élimination en demi-finales. "Le niveau est exceptionnel", avouait-il après sa course. "Je crois que c’est la première fois qu’il y a autant de monde sous les 10". Il aurait fallu que je n’aie pas de blessure. Il y a de la frustration. Je n’ai pas été capable de sortir la grosse course qu’il fallait. Je n’ai pas été capable de sortir une course du niveau de ce que j’ai fait cette année. Blessure, manque d’entraînement et manque de compétition, ce n’était pas jouable. Je n’ai pas pu jouer à 100%." Mais il reste encore le 200m, distance qui lui est plus favorable, et le 4x100m. A-t-il les moyens de viser le podium, son objectif de départ en individuel ? "Je me sens moyen", avoue-t-il. "Je n’ai pas retrouvé mes sensations de vitesse que j’avais aux France par exemple. Je pense que cela m’a fait du bien de courir le 100m. Ca va me redonner des repères, des sensations. Je vise toujours la médaille." Etant donné la densité du sprint, et la forme de Bolt et Gatlin, ce serait une jolie surprise.

Vidéo: La réaction de Christophe Lemaître