Ronnie Ash
Ronnie Ash a contesté son faux-départ en séries du 110m haies | AFP - GREG BAKER

Ash imite Drummond, les Français sereins sur 110m haies

Publié le , modifié le

Les trois Français engagés dans les séries du 110m haies ont partaitement rempli leur mission, ce matin à Pékin. Pascal Martinot-Lagarde, vainqueur de sa série en 13"35, Dimitri Bascou et Garfield Darien, deuxièmes de leur série respectivement en 13"29 et 13"43, ont assuré. Cela n'a pas été le cas de l'Américain Ronnie Ash, qui a contesté un long moment son faux-départ.

Quatre disqualifiés, dont deux dans la même série. La matinée n'a pas été de tout repos pour les juges du Nid d'oiseau, travaillant sur le 100m haies. Et Ronnie Ash ne leur a pas facilité la tâche. Sanctionné d'un faux-départ dans la deuxième série (celle de Pascal Martinot-Lagarde), il a longtemps contesté la sanction.

Comme John Drummond lors des Mondiaux-2003 à St-Denis sur 100m, qui avait fini par s'allonger en travers de la piste pour contester le faux-départ en lançant le célèbre "I did not move", l'Américain a tenté le bras de fer. Il est retourné dans la zone de départ, refusant de sortir du stade. Après plusieurs minutes, il a fini par s'en aller, libérant les autres concurrents. Mais le Tchèque Svoboda, à son tour, a été sanctionné d'un faux-départ. Ce deuxième dans la même série a profondément énervé PML, qui a jeté la première haie de rage. "Les séries, c'est fait pour courir, repartir tout de suite, aller au massage, récupérer. C'est raté", regrettait-il quelques minutes après. "J'ai déjà connu cette situation à Istanbul en 2012. C'est depuis cette course que je porte un manchon au bras." A la trappe l'Américain (13"13 cette saison, 12"99 son record personnel), mais aussi Mikel Thomas (13"17 record personnel cette saison). Cela fait du vide.

Vidéo: les palabres de Ronnie Ash dans la série de Martinot-Lagarde 

Les Français tout en maîtrise

Cet épisode était bien le seul aspect négatif de la course de PML, comme de celle de ses compatriotes Garfield Darien et Dimitri Bascou. "J'avais une consigne: bien pousser au départ. J'étais concentré là-dessus. Je me suis bien catapulté, et après j'ai pu courir relax, sans faire d'erreur", analysait-il. "les deux faux-départs avant ont dû clouer tout le monde dans les blocks", estimait pour sa part Garfield Darien, deuxième de sa série derrière le champion du monde en titre David Oliver. "Dès la première haie, je vois que je suis bien devant alors que je suis à côté d'O'Farrill qui est un bon partant. Du coup, je suis passé dans un rythme de croisière. Cela me fait faire une petite faute à la 3. Je n'avais pas besoin d'en remettre. Les mecs reviennent mais je contrôle." Quant au dernier partant, Dimitri Bascou, présent avec Aries Merritt (champion olympique et recordman du monde) dans la dernière série, la course s'est déroulée à la perfection: "La consigne a été respectée: faire sa course sereinement, avec du relâchement. J'ai ce qu'il faut dans les jambes pour m'affirmer dans ce championnat. Il y a une petite marge de progression. Pour moi c'est une première cette configuration de grand championnat et de trois courses en trois jours. C'est très positif d'en avoir gardé sous le pied." Avis de grand bleu sur le 100m haies français, au terme des séries dominées par les Américains Oliver (13"15) et Merritt (13"25).