Bousquet sourire 082010
Frédérick Bousquet | AFP - DANIEL MIHAILESCU

Un dernier jour de folie ?

Publié le , modifié le

Les Français effectuent leurs dernières longueurs, dimanche, dans la piscine de Budapest. Avec déjà 17 médailles au compteur, le clan tricolore peut rêver de mieux. Et pourquoi pas d'un dernier jour des championnats d'Europe faste avec pas moins de cinq nageurs en finale et les deux relais du 4x100m 4 nages.

Les eaux du Danube sont bien bleues cette semaine à Budapest. La France continue d'enchanter la piscine hongroise aux Championnats d'Europe. Avec 17 médailles déjà en poche, dont six en or, elle occupe la tête de tous les classements, quel que soit le sens de lecture. Et la cagnotte pourrait encore s'enrichir dimanche avec cinq nageurs et nageuses engagées dans les finales de ce dernier jour de compétition, ainsi que les deux relais du 4x100m 4 nages.

La journée a démarré de la meilleure des manières avec les qualifications de Coralie Balmy (4'10"50) et Ophélie Cyrielle Etienne (4'11"20) pour la finale du 400m libre, créditées respectivement des 7e et 8e temps des séries, loin derrière la Britannique Rebecca Adlington (4'07"95). Demi-déception pour Camille Muffat, 9e temps en 4'11"40, mais qui ne pouvait prétendre à une place en finale. En vertu du règlement, chaque nation ne peut placer que deux nageurs en finale. Même sort pour la Britannique Jazmin Carlin, 6e chrono et écartée de la finale par Joanne Jackson (4e) et Adlington. Cette dernière peut viser la couronne européenne en l'absence de la reine de la spécialité, l'Italienne Federica Pellegrini qui n'a pas pris le départ.

Bousquet, l'or et rient d'autre

Les relais se sont également mis au diapason de la danse hongroise des Français. Les filles (Alexandra Putra, Sophie De Ronchi, Mélanique Henique et Mylène Lazare) ont ouvert la voie en arrachant leur ticket pour la finale (8e en 4'08"00) et disputeront la finale dans l'après-midi. Les garçons les ont imitées peu après. Jérémy Stravius, Hugues Duboscq, Clément Lefert et William Meynard ont échoué à trois centièmes de la Grande-Bretagne en 3'36"03 et signent le 2e temps des séries. En finale, Meynard et Stravius devrait céder leur place aux champions d'Europe, Alain Bernard et Camille Lacourt. La France espère accrocher le titre après avoir ramené l'argent en 2004.

Et deux médailles pourraient bien tomber rapidement dans l'escarcelle tricolore avec la finale du 50m libre messieurs en début de programme. Frédérick Bousquet, auteur du temps de référence mondiale de l'année en demi-finales, compte bien décrocher sa toute première médaille d'or en grand bassin dans une grande compétition. Mais Fabien Gilot peut également nourrir les mêmes ambitions. Chez les filles, Aurore Mongel vise une médaille lors de la finale du 200m papillon.

Championnats d'Europe de Natation