Jérémy Stravius, Berlin
Le dossiste français Jérémy Stravius | JOHN MACDOUGALL / AFP

Berlin: Stravius, l'assurance tous risques

Publié le , modifié le

Double médaillé sur le relais 4x100 m et le 100 m dos, Jérémy Stravius a confirmé qu'il était bien l'un des leaders de cette équipe de France aux Championnats d'Europe de Berlin en passant tranquillement le cut des séries du 50 m dos. En revanche, le métier rentre difficilement pour la jeunesse tricolore.

Il a déjà touché l'or et l'argent. Mais Jérémy Stravius a encore faim. Toujours en chasse d'un premier titre individuel au niveau européen, l'Amiénois s'est qualifié sans forcer pour les demi-finales du 50 m dos. Tout en contrôle au lendemain de son titre de vice-champion d'Europe sur 100 m dos, le nageur français s'est emparé du deuxième temps des séries (25''04) derrière l'Israélien Barnea et le Russe Vladimir Morozov, co-détenteurs du meilleur chrono (24''99). "Pour un 50 m ça va. Je ne prends pas de risque, toujours l'appréhension de  glisser. C'est dommage mais il ne va pas falloir faire un départ comme ça si je  passe en finale", a souligné Stravius. Prochaine étape ce soir à 19h43 avec les demi-finales.

Vidéo: La finale de Stravius sur 100 m dos

Cinq sur quatorze en séries

Comme lui, ils sont quatre autres tricolores sur les quatorze engagés ce matin à être conviés à la session du soir. Déjà demi-finaliste sur 100 m brasse, Thomas Dahlia remettra le couvert sur 200 m en compagnie de son compagnon Quentin Coton. Quinzième et dix-neuvième temps des séries, les deux jeunes hommes ont peu de chances d'accéder à la finale. Mais au moins ont-ils fait de leur mieux. C'est également le cas de Justine Ress sur 100 m dos. Avec le moins bon chrono des seize qualifiées, la finale semble une chimère pour la nageuse de 21 ans. La situation est peu ou proue la même pour Jordan Coelho sur 200 m papillon. Le natif d'Etampes possède la 13e marque de la matinée sur la distance. Pour ce quatuor de jeunes pousses, la demi-finale est déjà une réussite. 

une hauteur à laquelle nombre de leurs jeunes compagnons n'ont même pas su se hisser. A l'inverse de Coelho, Vilaceca et Lemaire sont passés à l'as sur 200 pap'. Idem sur 100 m dos où Gheorgiu, Cini et Gastaldello n'ont pu s'inspirer de Ress. Son frère Eric, n'a pour sa part pas surfé sur la vague de Stravius sur 50 m dos. Mais rayon déception, Lara Grangeon domine. Annoncée comme l'une des leaders potentielles des Bleus après le retrait de Camille Muffat, la Calédonienne est hors du coup. Eliminée dès les séries sur 400 m 4 nages, elle n'a pas fait mieux sur 200 4 nages ce matin. Sa compatriote Fantine Lesaffre n'a pas relevé le gant sur la distance. Les jeunes peinent à se surpasser dans le bassin berlinois. 

Agnel doit se faire violence

C'est ce que devra faire Yannick Agnel ce soir en finale du 200 m nage libre pour ne pas repartir les mains vides en individuel. En souffrance sur cette compétition, le nageur de 22 ans est à court de moyens et ses  chances de glaner l'or sont minces. Champion olympique et du monde de la distance, il a un statut à défendre. Sorti en séries du 400 m libre et écarté du relais 4x100 m libre, il sera  très attendu face à son vieux rival, l'Allemand Paul Biedermann, détenteur du  record du monde. Le défi sera également immense pour Charlotte Bonnet, finaliste du 100 m nage libre. 

Vidéo: La demi-finale de Yannick Agnel

Jerome Carrere

Championnats d'Europe de Natation