Mehdy Metella
Mehdy Metella | DPPI - STEPHANE KEMPINAIRE

Berlin : Metella, le barrage de trop

Publié le , modifié le

Mehdy Metella n’a pas résisté au barrage du 100m papillon face au Hongrois Laszlo Cseh. Mais plus que l’élimination, le nageur marseillais regrettait surtout sa demi-finale et le problème rencontré avec ses lunettes.

L’épreuve est toujours curieuse. Deux nageurs seulement dans la piscine pour un duel sans retour. Elle avait souri à Mélanie Hénique à Barcelone l’an dernier. C’était déjà du papillon et grâce à sa victoire sur l’Allemande Alexandra Wenk, la jeune Française s’était hissée en demi-finale du 50m. Ce vendredi, Mehdy Metella n’a pas eu le temps d’échanger avec la nageuse d’Amiens pour parler de son expérience puisqu’à peine une heure s’est écoulée entre sa demi-finale et son barrage face à Lazslo Cseh.

Un laps de temps durant lequel il n’a pas trop gambergé. Pas plus impressionné que ça d’affronter le Hongrois aux 12 titres de champion d’Europe – le dernier a été remporté à Berlin sur 200m 4 nages -, il a joué crânement sa chance. "Il est fort c’est vrai, il est comme Flo (Manaudou, ndlr) ou Laure (Manaudou, ndlr), ce sont des monstres. Mais il (Cseh, ndlr) est comme tout le monde, il a deux bras et deux jambes". Avec lesquels le Hongrois est tout de même allé plus vite : 51’73 contre 51’96.

Vidéo : la demi-finale du 100m papillon

Etape

"Ca été une belle course, a déclaré Metella qui, plus que le résultat, retenait le chrono. 51’9, je n’avais jamais fait ça de ma vie. Je ne suis pas déçu, je suis content, j’apprends. Pour progresser, il fallait que je passe par ces championnats d’Europe. J’ai nagé mon meilleur temps mais ça n’a pas suffi". Et la tactique des Marseillais sur 100m nage libre qu’il avait disputé pour du beurre? "Je n’ai pas de regret par rapport à ça non plus, je n’ai pas préparé le 100m nage libre, mes entraîneurs ne voulaient pas. Je suis un papillonneur, a-t-il expliqué". Non, le vrai regret pour le Marseillais, il était sur la demi-finale où il a rencontré un souci technique.

"En plongeant, de l’eau est rentrée dans ma paire de lunettes, ma lentille gauche est partie. Je ne voyais plus rien. J’arrive tellement mal sur le mur, s’agaçait-il. Cela m’a énervé". Déjà dans cette course, il améliorait son record personnel (52’20, ndlr), une marque qui n’allait pas suffire. Obliger de se reconcentrer, il n’a pas cherché bien loin sa motivation. "Ce n’est pas dur de se remotiver, j’avais réalisé une mauvaise course. Même quand tu tapes ton record personnel, il ne faut pas s’en contenter. Il faut se dire que c’est nul. Après la demie, quand j'ai vu que ça n'allait pas suffire, je me suis focalisé sur la course suivante". Avec la fin qu'on connaît. Désormais, pour lui, la course suivante sera le relais 4x100m 4 nages dimanche.

Championnats d'Europe de Natation