Federica Pellegrini
Federica Pellegrini a confirmé son immense statut à Berlin. | AFP - JOSEP LAGO

Berlin : Federica Pellegrini, le travail et le talent au service de la grâce

Publié le , modifié le

A 26 ans, Federica Pellegrini dispute ses quatrièmes championnats d’Europe à Berlin. L’Italienne compte déjà dix ans au plus haut niveau et continue d’empiler les médailles. Entraînée par Philippe Lucas, elle est l’une des grandes stars de la natation mondiale et a permis à l'Italie jeudi soir de remporter le 4x200m nage libre. Elisabetta Caporale, journaliste à la Raï, et son entraîneur la racontent, alors qu'elle va remettre en jeu ce vendredi son titre du 200m nage libre acquis à Debrecen.

Le talent

L’avis de Elisabetta Caporale

"Je l’ai rencontrée aux championnats d’Italie en 2004. Elle avait 16 ans. Elle avait signé le record d’Italie sur le 100m. Elle a depuis accumulé des records et une expérience incroyable. C’est très difficile d’avoir un champion dans un autre sport qui a 11 records du monde. Elle a fait deux doublés 200-400m aux championnats du monde (2009 et 2011). C’est quelque chose d’incroyable. Ca été la plus jeune italienne à monter sur un podium olympique à Athènes en 2004 (2e sur 200m nage libre). Pour durer, on doit être un talent."

L’avis de Philippe Lucas

"La star ? Il y a du monde maintenant. Une nouvelle génération arrive. La sprinteuse Sarah Sjöström arrive, Katinka Hosszu est là aussi. C’est une très grande nageuse mondiale Federica, mais c’est normal que ça change. Ca fait partie de la vie."

La locomotive

L'avis d'Elisabetta Caporale

"Elle a fait avancer la natation. On avait Massimiliano Rosolino (champion olympique du 200m 4nages en 2000, ndlr), Domenico Fioraventi (double champion olympique du 100 et 200m brasse en 2000) ou Giorgio Lamberti (champion du monde du 200m nage libre en 1991, ndlr). Elle a beaucoup donné. Pour la natation, mais aussi pour l’Italie. A Pékin, quand elle remporte la médaille d’or, tout le public tapait des mains avec elle pendant l’hymne. Elle a beaucoup de charisme."

Le caractère

L'avis d'Elisabetta Caporale

"Elle a toujours été très têtue, ça l’a beaucoup aidé. Mais dans son rapport au public, elle a évolué. A ses débuts, elle était un peu timide. Ce n’est plus le cas. Désormais, elle peut faire un défilé de mode avec beaucoup de charme et beaucoup d’assurance. Lors de ses premières interviews, on voyait qu’elle n’était pas habituée, mais elle est beaucoup plus tranquille aujourd’hui. Avec moi ? Ca n’a pas trop changé puisqu’elle me voit depuis ses débuts. A chaque fois qu’elle sortait de la piscine, elle croisait toujours la même personne. Mais je le vois avec les autres journalistes."

Le professionnalisme

L'avis d'Elisabetta Caporale

"Le fait qu’elle s’entraîne à l’étranger avec Philippe (Lucas, ndlr) l’a aidé. Il a changé des choses tout en conservant ce qui contribue à son équilibre, ce qu’elle aime : sa famille d’origine, rester chez elle. Lors de son premier passage chez Philippe (janvier-août 2011), elle était venue en France, mais elle en a beaucoup souffert. Philippe l’a compris et depuis son retour dans son groupe (février 2013), elle s’entraîne seulement une partie de la saison à Narbonne. Il a compris qu’elle avait besoin de ça. Comme elle est très sérieuse et que le programme qu’il lui donne est respecté avec l’aide de l’entraîneur italien Matteo Giunta, Philippe est tranquille. Les rapports entre les deux se sont beaucoup améliorés. Sa longévité s’explique aussi parce qu’elle a su changer, en restant ferme sur ses idées. Elle a eu le courage de refuser de faire ce que tout le monde lui conseillait. Elle a su s’entourer. Elle utilise l’image qu’elle dégage, mais elle est très sérieuse. Mais si elle doit choisir entre l’entraînement et un shooting de photos, elle nage. C’est ce qui fait la différence."

L’avis de Philippe Lucas

"J’ai eu trois nageuses championnes olympiques de nationalités différentes : Laure Manaudou, Camelia Potec (championne olympique roumaine du 200m nage libre en 2004, ndlr) et Federica Pellegrini. Laure tout le monde la connaît. Camelia, c’était une très grande nageuse, dure au mal. En Roumanie, elle représentait quelque chose de fort. Je les ai eues à des âges différents certes, mais ces filles, ce sont des professionnelles et de très, très grandes compétitrices. Difficile à gérer ? Non, il faut lui parler. Si on lui explique les choses et qu’on écoute ce qu’elle a à dire… C’est un dialogue. Elle n’a jamais eu de caprices. Comme Camelia et Laure. Manaudou, elle était plus jeune (il l’a entraîné quand elle avait 17 ans, ndlr), elle était plus ‘olé olé’ (sic), mais je n’ai jamais eu de problèmes avec elle".

Le glamour

L’avis d’Elisabetta Caporale

"Elle a beaucoup changé depuis ses débuts. De jeune fille, elle est devenue une femme. J’ai vu cette transformation physique. Je l’ai vue grandir. Elle a rendu la natation glamour. C’est un autre argument en sa faveur parce qu’elle est charmante. Ce n’est plus seulement une sportive, c’est un modèle dans le sens top-model. Elle est très connue dans le monde, si on devait comparer à un autre sportif italien, on pourrait citer Valentino Rossi (sextuple champion du monde de MotoGP, ndlr). Elle est juste derrière les joueurs de football. En Italie, tout le monde la connaît."

L’avis de Philippe Lucas

"En Italie, elle fait des pubs, des photos. C’est une star. C’est à peu près comme Laure Manaudou en France, mais je pense que pour Manaudou, c’était encore plus fort."

La vie privée

L’avis d’Elisabetta Caporale

"Les ‘gossips’ sont toujours à la mode. Vous vous rappellez de l’histoire avec Laure Manaudou? (La Française avait eu une relation avec le nageur italien Luca Marin. Après leur séparation, il s'était rapproché de Federica Pellgrini, ndlr). Ce qui est drôle, c’est que leurs histoires se croisent. Moi je n’aime pas trop cet aspect, mais quand à Shanghaï (championnats du monde 2011, ndlr), elle a eu son histoire avec Luca Marin, je ne pouvais pas ne pas poser la question. Ça a contribué à son succès c’est sûr. Quand je vais chez le coiffeur et que je jette un œil aux journaux italiens, je vois des images de Federico et Filippo (Magnini, ndlr). Avant c’était avec Luca."

L’avis de Philippe Lucas

"Si elle bouge un petit doigt, si elle change quelque chose, le retentissement médiatique est énorme. Si elle change de fiancé ou qu’elle éternue de travers, ça fait des pages et des pages."

Vidéo : la fin de course époustouflante de Pellegrini dans le le relais 4x200m

Benoit Jourdain @BenJourd1