Yannick Agnel
Yannick Agnel a évité le zéro pointé en s'offrant le bronze sur 200m nage libre | AFP - DAMIEN MEYER

Berlin : Agnel, le bronze qui n'évite pas les questions

Publié le , modifié le

Yannick Agnel a terminé ses épreuves individuelles à Berlin par une médaille de bronze sur 200m nage libre. Un moindre mal après une compétition éprouvante à la fin d’une saison qui l’était encore plus. Se pose désormais la question du futur. Quitter Bowman et repartir de zéro ailleurs ou persévérer à Baltimore ? Frédérick Bousquet et Roxana Maracineanu, consultant pour Francetv Sport, répondent.

La fatigue physique

L’avis de Frédérick Bousquet

"Il était dans le rouge, ça se voit. Il n’a pas du tout récupéré de cette année d’entraînement et des changements. C’est malheureux, il doit mal le vivre. Il a donné beaucoup plus que ce qu’il avait donné auparavant… Quand on décide de passer l’étape supérieure, on veut que ça paye tout de suite. Mais le corps doit aussi souffler de temps en temps. A Nice, il bossait aussi beaucoup mais différemment. Les séances aux Etats-Unis sont beaucoup plus intenses".

L’avis de Roxana Maracineanu

"Les fatigues physiques ça arrive. S’il part devant aux 4x200m à la fin de la semaine il nagera encore plus vite qu’aujourd’hui (mercredi, ndlr), j’en suis même sûre. D’ailleurs ils vont essayer de le faire, à mon avis ils vont le mettre premier relayeur".

La réponse de Yannick Agnel

"Il y a plus de douleur que de joie. J’ai eu du mal à descendre les marches, je vous garantis que ce n’était pas facile, on a du me soutenir. Je suis allé la chercher avec le cœur cette médaille. Ce n’est pas de l’or, mais ça en a vraiment le goût, je vous assure".

Vidéo : la réaction de Yannick Agnel

L’intelligence de course

L’avis de Frédérick Bousquet

"Cette médaille lui donne de l’espoir. Elle ne va peut-être rien lui apporter, mais à nous, le public, les techniciens, elle nous montre les ressources qu’il a à l’intérieur. L’orgueil, les trippes, mais aussi l’intelligence. Il n’est pas parti à fond comme chaque nageur en méforme serait tenté de le faire".

L’avis de Roxana Maracineanu

"C’est un soulagement d’avoir une médaille, ajoute Roxana Maracineanu. Il ne faut pas qu’il ait trop de doutes, il faut qu’il persévère dans cette voie là. Et c’est plus facile de le faire avec une petite breloque. Avec le résultat, tu es moins sujet aux doutes, tu interprètes les choses différemment. Il a fait parler son intelligence. Ce n’est pas la même course que l’année dernière (lorsqu’il est champion du monde, ndlr). Laure Manaudou par exemple quand elle quitte Philippe Lucas, son erreur c’est de répéter tout le temps le même schéma de course alors que son entraînement avait changé. Il a adapté sa stratégie de course à son état de forme".

La réponse de Yannick Agnel

"J’ai eu une tactique différente d’hier, je savais que je ne devais pas me brûler les ailes dans le premier 50. Il fallait que je gère crescendo avec l’énergie que j’avais. Je suis allé la chercher dans le dernier 50m".

Vidéo : La course de Yannick Agnel

La concurrence à Baltimore

L’avis de Frédérick Bousquet

"A Baltimore, il se retrouve dans un groupe beaucoup plus important. A Nice, il était le leader en compétition mais aussi à l’entraînement. Il n’était pas véritablement poussé dans ses retranchements, personne ne le bousculait. Là, il côtoie Connor Dwyer, Michael Phelps, Oussama Mellouli et une quinzaine d’autres nageurs. Là-bas, l’entraînement c’est déjà la compétition. Avec sa fierté et sa volonté de montrer à Bowman qu’ils avaient fait le bon choix en le recrutant, il a tout donné. Trop. A chaque entraînement. Et il s’est mis dans le rouge".

L’avis de Roxana Maracineanu

"Les autres nageurs de Bowman s’ajustent à chaque fois à ce qu'il leurs demande. Cela leurs arrive visiblement de partir deux jours faire la fête, de revenir et puis d’assumer cette escapade. Il ne faut pas oublier qu’aux Etats-Unis, le nageur et l’entraîneur ont une réaction contractuelle. Agnel paye Bowman donc ce n’est pas le même rapport qu’en France où il devait se prosterner devant Pellerin car ce dernier passait sa vie à l’entraîner gratuitement".

La réponse de Yannick Agnel

"Toute la vie que j’ai eue là-bas, elle est vraiment très bien. Honnêtement je m’éclate, je suis épanoui dans ma vie, mais à l’entraînement il y aura des choses à changer. Mais ça reste du domaine technique et privée avec mon entraîneur et le groupe aussi je suppose. Je n’ai aucune information à donner ici car je ne le sais pas moi-même ».

Le retour de Phelps

L’avis de Frédérick Bousquet

"Il y a deux choses : la première, c’est que ça lui fait énormément de bien. Se mesurer à Phelps tous les jours, ça ne peut-être que positif. La seconde est plus négative. Quand il est arrivé à Baltimore, il débutait son histoire avec Bowman et Phelps était à la retraite. Puis Phelps est revenu et on peut se demander quelle est la place de Yannick dans ce duo. Ce manque de repères a pu jouer. Il est immergé dans un groupe très important et Bowman n’est pas peut-être pas toujours disponible pour lui. L’absence de Bowman à Berlin ? C’est l’habitude des entraîneurs américains, quand ils accueillent un nageur étranger, ils restent américains et patriotiques. On le sait à l’avance. Ce n’est pas du désintérêt. Bowman a un statut, une histoire, des responsabilités au sein de l’équipe américaine. Mais il était à Chartres pour les championnats de France, le premier gros rendez-vous de Yannick depuis le changement. S’il continue avec Bowman, Yannick et les autres devront accepter que Bowman ne soit pas avec le staff tricolore à Rio et qu’il sera dans le camp adverse".

L’avis de Roxana Maracineanu

"Il le disait en conférence de presse. Quand Bowman lui demande d’aller à fond, doit-il le faire où agit-il en fonction de son état de forme ? Est-ce qu’il se préserve juste pour jouer avec Phelps parce qu’il veut le taper l’été prochain et qu’il veut absolument le battre à chaque entraînement ? Ca peut être son objectif et pas forcément d’être à fond tout le temps et de prendre au pied de la lettre ce que dit Bowman. C’était son habitude avec Fabrice Pellerin".

La réponse de Yannick Agnel

"On s’est échangé quelques messages avec Bob (Bowman, ndlr) et puis il a été notifié en permanence. Il est à Brisbane (où se déroulent les PanPacifiques, ndlr) en ce moment donc c’est vrai que ce n’est pas évident à gérer au quotidien. Là, il prend peut-être le petit dej’. Le contenu de nos échanges ? Je ne peux pas le dire, ça reste du domaine privé, allons (rires) ».

Faut-il être inquiet?

L'avis de Frédérick Bousquet

"Il a fait le bon choix l’année dernière en changeant tout. Le timing était bon. On ne fait pas un tel choix lors de l’année olympique à moins qu’on soit convaincu que cela va fonctionner. Il savait qu’il y aurait un temps d’adaptation. C’était mettre en péril les championnats d’Europe, mais ce ne sont que des championnats d’Europe. Et à deux ans des Jeux, cette compétition sert de test pour essayer des choses nouvelles. L’exemple parfait c’est Florent (Manaudou, ndlr) qui décide cette année de se mettre sur 100m. Ce n’est pas l’année des Jeux qu’il faut le faire ».

L’avis de Roxana Maracineanu

"J’ai peur qu’il se décourage et qu’il revienne, je ne sais pas si ça serait une bonne solution. C’est normal que ce changement demande du temps. Dans cette optique, cette médaille est une bonne chose. Il ne faut pas se décourager. C’est une situation difficile. Mais ce n’est pas idéal de se balader à deux ans des Jeux. Où qu’il aille, il rencontrera le même genre de problèmes, il faudra s’adapter à nouveau. Quand il va revenir en septembre, il va peut-être nager comme une fusée car il avait juste besoin de plus de repos. C’est minutieux comme travail la préparation, ça dépend de chaque nageur. Il faut être indulgent".

La réponse de Yannick Agnel

"Ce n’était vraiment, vraiment pas évident. Chaque année j’ai une nouvelle histoire à raconter. Je suis persuadé que cette année de travail va payer, que je ne l’ai pas faîte pour rien".

L’avenir

L’avis de Frédérick Bousquet

"Il va d’abord falloir qu’il se repose. Beaucoup de choses doivent se mélanger dans sa tête. C’est un cérébral Yannick, ses siestes et ses nuits ne devaient pas être sereines. Il va avoir besoin de faire le point et tirer les conclusions de cette saison : les points positifs, ce qu’il y a a changé. Cela passera par de la communication et du dialogue. Je suis convaincu qu’il sera prêt pour Rio. Ce n’est pas un habitué des coups de poker. Son talent, ses qualités sont là, c’est indéniable. Il ne se perd pas dans le star-système, il reste focaliser sur ses objectifs sportifs. Je ne m’inquiète pas. Il sort d’une grosse année d’entraînements où il a réalisé des choses incroyables. Même Bowman n’avait jamais vu ça. Le travail finit toujours par payer, c’est ce qu’il faut garder en tête. Il y a peut-être des ajustements à faire. Il ne faut pas mettre en doute les décisions passées, mais savoir reconnaître s’il y a eu des erreurs de faîtes. Soit il change à nouveau, soit il doit s’ajuster. Mais c’est une athlète d’une telle qualité qu’il va trouver les solutions".

La réponse de Yannick Agnel

"Il y aura des changements sûrement dans l’approche… Après lesquels, je ne peux pas vous le dire, je ne suis pas entraîneur de natation. Mais il y aura des changements c’est certain, on ne peut pas reproduire la même année de difficultés".

Quelle décision ?

L’avis de Frédérick Bousquet

"La réflexion aura lieu immédiatement après l’Euro. Il aura une longue conversation avec Bowman j’imagine. Il doit être convaincu qu’il fait les bons choix et qu’il est dans la bonne direction. En tout cas, il devra prendre une décision tout de suite, mais un départ ne serait pas forcément un échec. Absolument pas. Au contraire, ça serait une forme de maturité d’accepter une éventuelle erreur. Et encore, cela n’en est pas forcément une. Il est parti dans l’inconnu. Il peut se dire que ce n’était pas forcément le meilleur endroit pour lui pour être champion olympique, donc il va essayer ailleurs. Mais il ne pourra pas recommencer ça chaque saison. S’il décide de quitter Baltimore, la prochaine décision sera plus délicate encore car il n’aura pas cette période d’essai, comme ça a pu être le cas à Berlin".

L’avis de Roxana Maracineanu

"Bowman et Agnel ont un contrat et peuvent ajuster leur relation. C’est à Yannick d’assumer la petite marge qu’il garde pour lui, en terme d’effort, de ‘déconne’. A la seule condition qu’il assume. Je ne pense pas que Bowman le jette à la rue s'il agit de la sorte. Il ne faut pas tout envoyer valser à mon avis".

La réponse de Yannick Agnel

"Cette médaille me conforte-t-elle dans mon choix de partir aux Etats-Unis ? Ce n’est pas la question. J’ai toujours une entière confiance en mon entraîneur. J’ai analysé les choses et l’année passée est dans un coin de ma tête, je pense qu’il l’a fait aussi. Il va falloir qu’on se concerte après l’Euro pour que cette année ne se reproduise pas".

Vidéo : le podium du 200m nage libre

Championnats d'Europe de Natation