Christophe Lemaitre, France
Le sprinteur français Christophe Lemaitre | JULIEN CROSNIER / DPPI MEDIA

Zurich: Lemaître ne veut pas redevenir l’élève

Publié le , modifié le

Battu par les Anglais Dasaolu et Gemili sur 100 et 200 mètres aux Championnats d’Europe de Zurich, Christophe Lemaitre ne veut pas rentrer dans les rangs. Pour retrouver les sommets, le sprinteur français engagé avec le relais 4x100 tricolore est "prêt à changer des choses".

"Le niveau est beaucoup plus relevé qu’il y a quatre ans. Et moi je n’ai pas été capable de l’atteindre". A la sortie de son 200 mètres argenté, Christophe Lemaitre est lucide. En 19’’99, le Britannique Adam Gemili l’a surclassé sur le demi-tour de piste. "Il y a une génération de sprinteurs de plus en plus forts qui ont envie de s’inviter, reprend le sprinteur français. Je dois faire attention et augmenter mon niveau". Depuis les Mondiaux de Daegu lors desquels il avait abaissé son record personnel à 19’’80 sur 200 m et décroché le bronze de la discipline, le Tricolore plafonne. S’il continue de monter sur les podiums européens, l’or continental et les médailles mondiales se refusent désormais à lui. "Il faut que je voie pourquoi ça n’a pas marché à Zurich, que je le comprenne, pour voir ce que je peux modifier. Ensuite, je devrai prendre des décisions. (…) Si je juge qu’en changeant des choses je peux progresser, je le ferai. Le travail mené cet hiver a été très lourd et intense. Mais était-ce le bon ? Aurais-je dû faire d’autres choses ? Un autre type de travail ?" Christophe Lemaitre s’interroge.

Lemaitre: "Je n'ai pas d'excuse"

A 24 ans, le Français a encore du temps devant lui. Mais il ne doit pas trop attendre sous peine de voir le train partir sans lui. "En 2010, j’étais champion d’Europe en 10’’11 et 20’’38. Cette année il fallait 10’’06 et 19’’99 pour l’être, rappelle l’élève de Pierre Carraz. Je n’ai pas d’excuse, je suis meilleur athlète européen aux bilans du 200 mètres et je ne suis pas capable de courir à mon meilleur chrono de la saison". Un constat qui tranche avec son discours. Malgré ses difficultés, le sprinteur d’Aix les Bains reste un féroce compétiteur. "Il me tarde la finale demain parce qu’il faudra se battre pour faire quelque chose", déclarait-il avec gourmandise à la sortie de sa demi-finale du 100 mètres. Lemaitre se battait mais le Britannique James Dasaolu le mettait KO. "Je me suis déjà fait battre par un Anglais sur le 100, hors de question que ça recommence sur le 200", disait-il encore après sa qualification pour la finale sur le demi-tour de piste.

Athlète le plus médaillé des Championnats d'Europe 

Le lendemain, le tartan l’a rappelé à sa dure réalité. "Bizarrement j'ai quand même l'impression d'avoir fait un meilleur virage qu'en série puis en demies, détaille Lemaitre. Mais je me suis senti hors du coup. Même si j'ai fait ce que je sais faire dans la ligne droite, mes jambes ne pouvaient plus aller de l'avant". Où quand le corps ne suit plus l’esprit. "Il faut que je trouve les ressources mentales pour me battre et faire quelque chose", reprend le "guépard de Savoie". Athlète le plus médaillé de l’histoire des Championnats d’Europe (6 médailles, 3 or, 2 argent, 1 bronze), Christophe Lemaitre n’accepte pas de quitter le premier rang de la classe. En remportant l’or avec le relais 4x100 français, il le retrouverait. Mais pour combien de temps ?

Vidéo: La finale du 100 m

Vidéo: La finale du 200 m

Jerome Carrere