Tamgho saut longueur Bercy 032011
Teddy Tamgho à la longueur | AFP - ERIC FEFERBERG

Tamgho: "Cela peut être mon week-end"

Publié le , modifié le

Le Français Teddy Tamgho, recordman du monde du triple saut en salle, a bien géré la première journée des Championnats d'Europe en salle, où pour la première fois de sa carrière il est en lice sur deux épreuves, le triple saut et la longueur.

C'est une bonne première journée ?
"C'est tout bénéfice. Maintenant j'espère ne pas avoir perdu trop de jus parce que j'ai quand même fait trois sauts vendredi matin. On va voir aujourd'hui si j'ai bien récupéré. Nerveusement je n'ai rien donné, j'ai tout gardé. Je sais que j'ai une réserve derrière au cas où le physique ne passe pas trop. Je me suis employé, faut pas se mentir mais de là à dire que j'ai tout donné, non. Je pense que j'ai les capacités de faire les deux épreuves. Il y en a qui pensent que je n'en suis pas capable. C'est à eux surtout que je veux montrer que j'en suis capable."

Comment avez-vous géré le temps entre les deux épreuves ?
"J'ai appelé Serge Hélan (champion d'Europe en salle en 1987) pour lui demander comment il gérait. En 1992, il a fait les Jeux en triple et en longueur. Il m'a dit de me poser, de mettre mes jambes en l'air, de mettre de la musique en attendant de revenir. De ne pas beaucoup m'échauffer parce que je suis déjà chaud. Et de faire de la qualité parce qu'il ne faut pas non plus rester froid pour ne pas risquer la blessure. J'ai appliqué ça à la lettre."

Le scénario était idéal sur cette première journée ?
"C'est un bon scénario mais ce n'est pas le scénario parfait. L'idéal c'était de se qualifier au premier essai, et là, hop ! Tu rentres chez toi ! Maintenant il faut rester ciblé sur les finales. J'espère que ça peut être mon week-end. Tout peut m'arriver dimanche (finale triple saut). Je n'aime pas trop cette piste mais il n'y a pas de j'aime ou j'aime pas, on est en championnat. Tu cours, tu sautes, il n'y a pas d'excuses."

Gilles Gaillard