Antoinette Nana Djimou
Antoinette Nana Djimou, en lice pour la 2e journée de l'heptathlon | AFP - ADRIAN DENNIS

Nana Djimou sacrée championne d'Europe à Göteborg

Publié le , modifié le

Antoinette Nana Djimou est devenue championne d'Europe en salle du pentathlon grâce à un total de 4666 points. A Göteborg, elle ouvre ainsi le compteur de l'équipe de France lors de cette première journée, en confirmant sa suprématie puisqu'elle est également championne d'Europe en titre de l'heptathlon en plein air. Pascal Martinot-Lagarde a suivi le chemin quelques minutes après en prenant la médaille de bronze sur 60m haies.

En tête après la première épreuve vendredi matin (60 m haies), elle a pris  du retard à la suite d'un concours de la hauteur moyen (1,75 m) avant  d'inverser la tendance au poids (15,35 m, à six centimètres de son record  personnel) et de reprendre la tête du concours après la longueur. Nanti de 88 pts d'avance sur la Bélarusse Yana Maksimava avant le 800 m  final, soit environ 6 secondes, Nana Djimou a contrôlé son adversaire durant  les premiers tours avant de lâcher inexorablement pour céder... 5 sec 8/10e. Elle l'emporte malgré tout pour 8 petits points, Maksimava étant 2e avec  4658 pts, devant l'Ukrainienne Hanna Melnychenko (4608 pts). Licenciée du CA Montreuil 93, la native de Douala au Cameroun, arrivée en  France en 1999 et qui a débuté l'athlétisme "parce qu'elle s'ennuyait un peu",  comme elle le dit maintenant dans un grand sourire, continue en tout cas une  jolie moisson de médailles internationales. En 2009, elle avait également été médaillée de bronze à Turin aux  précédents championnats d'Europe en salle. A Londres, aux Jeux Olympiques, elle avait été à la lutte jusqu'au bout  pour une place sur le podium avant de céder toute chance sur le 800 m final,  terminant malgré tout 6e.

"Franchement, je suis plus contente qu'il y a deux ans à Bercy", a souri  Nana Djimou, sacrée à Paris en 2011 lors des précédents championnats  continentaux indoor. "J'ai repris des cours (de stylisme) après les Jeux de Londres (où elle  avait fait 6e) et ce n'est pas évident en même temps de faire du sport car mes  horaires ne sont pas forcément aménagés", glisse-t-elle. La voici désormais nantie d'un fort beau palmarès, puisque depuis 2011,  elle domine les épreuves combinées en Europe. Championne d'Europe de l'heptathlon - en plein air donc - à Helsinki l'an  passé, elle souhaite maintenant progresser au niveau mondial. "Je vais arrêter les cours en juin, ce qui me fera deux mois pleins pour  préparer les Mondiaux", explique-t-elle, alors que le rendez-vous de Moscou  (10-18 août) constituera le point d'orgue de l'année d'athlétisme.

Pascal Martinot-Lagarde, en prenant la 3e place du 60m haies en 7"53, a décroché une deuxième médaille pour la France. Il a fini juste derrière le Russe Sergei Shbenkov (7"49) et l'Italien Paolo Dal Molin (7"51). Il incarne la nouvelle génération de l'athlétisme français,  en route pour Rio-2016. Champion du monde chez les juniors sur 110 m haies en  2010, à Moncton au Canada, il avait cependant connu une année 2012 à double  tranchant. D'abord exceptionnel, avec un hiver réussi au-delà des espérances grâce à  une médaille de bronze aux Mondiaux en salle d'Istanbul, puis un été maudit,  incapable de se qualifier pour les Championnats d'Europe d'Helsinki ni les Jeux  de Londres, retardé par une blessure. Ce grand garçon d'1,90 m pour 80 kg, aux fines dreadlocks, a tout pour  devenir le successeur de Ladji Doucouré, champion du monde du 110 m haies en  2005. A condition de réussir à transposer l'été sa décontraction hivernale. Une heure après, le Français lançait sur son compte Twitter: "Content d'avoir une médaille. Dégoûté de la couleur, course catastrophe et encore 7"53 à l'arrivée. Dommage."

AFP