Renaud Lavillenie
Renaud Lavillenie a franchi 6,04m samedi à Sotteville-lès-Rouen. | ADRIAN DENNIS / AFP

Lavillenie sans encombre

Publié le , modifié le

Le champion olympique Renaud Lavillenie a transformé samedi les qualifications de la perche en simple formalité et défendra donc son titre dimanche en finale des Championnats d'Europe d'athlétisme en salle, à Göteborg. Ca passe également pour Mahiédine Mekhissi, qualifié pour la finale du 1500m, et Christine Bardelle, qui l'a imité sur 3000m.

Suivez en direct les championnats d'Europe sur le site de France Ô. 

Lavillenie a successivement effacé 5,60 m, au premier essai, puis 5,70 au  2e pour gagner le droit d'espérer un 3e titre continental indoor, après ses  succès de 2009 à Turin et 2011 à Paris. La finale aura lieu dimanche à partir de 16h33. 

Tous les grands favoris ont passé sans encombre ces qualifications, à  l'image des Allemands Björn Otto, Malte Mohr et Raphael Holzdeppe pour une  finale qui s'annonce de très haut niveau, la perche étant actuellement une  discipline dominée par les Européens.

Mekhissi en ballade

Mahiédine Mekhissi, double vice-champion olympique de 3000m steeple, a lui remporté avec autorité sa série sur 1500m en 3"43'33. Le Français a d'abord  choisi de partir en retrait, avant de prendre les commandes au bout de deux  tours puis de rester dans les premières places.

"J'ai couru comme je l'ai voulu, je suis satisfait. Je n'étais pas au  courant des résultats des première séries donc je me suis dit qu'il fallait  plutôt que je termine dans les deux premiers pour assurer ma qualification", a  expliqué Mekhissi.

La Française Christine Bardelle s'est elle qualifiée pour la finale du 3000m en prenant la 4e place de sa série. Bardelle, qui a couru en 9"06'50, a assuré relativement aisément sa place pour la finale, programmée dimanche à 12h10. 

De son côté, Marie Gayot, championne de France du 400m, a été éliminée en demi-finale avec une 6e place et un chrono de 53"38. La Française aurait dû terminer dans les trois premières de sa course pour  se qualifier, mais a dû faire notamment face à la Britannique Perri  Shakes-Drayton, vainqueur avec la meilleure performance européenne (51"03).