L'athlète tricolore Renelle Lamotte
L'athlète tricolore spécialiste du 800m Renelle Lamotte | DPPI - STEPHANE KEMPINAIRE

Euro Athlétisme : Renelle Lamotte ne veut pas que Yuliya Stepanova revienne en compétition

Publié le , modifié le

La Française Rénelle Lamotte, meilleur temps européen de la saison du 800 m (1'58''01), n'est pas ravie d'affronter cette semaine aux Championnats d'Europe d'athlétisme à Amsterdam la Russe Yuliya Stepanova, à l'origine des révélations sur le système organisé de dopage dans son pays.

"Je suis contre le fait que des athlètes qui se sont dopées une fois puissent revenir. Qu'ils aient dénoncé ou pas le système, c'est une injustice", a estimé lundi Lamotte, 22 ans. Alors que la Fédération russe d'athlétisme (Araf) a été suspendue par la Fédération internationale (IAAF), Stepanova, 30 ans, est devenue vendredi dernier la première athlète russe éligible par l'IAAF pour participer aux JO de Rio (5-21 août). La lanceuse d'alerte, qui vit en exil aux États-Unis avec son mari (ancien contrôleur antidopage russe) et leur petit garçon depuis leurs révélations en 2014, doit faire son retour sur les pistes cette semaine lors des 'Euro'.

Ansalem salue Stepanova

Président de la Fédération française d'athlétisme (FFA) et membre du conseil de l'IAAF, Bernard Amsalem a, pour sa part, rendu hommage à Stepanova. "C'est une fille courageuse, qui a osé parler. Dans son pays, elle est en danger de mort. C'est un peu le symbole de la lutte contre le dopage, dans laquelle l'athlétisme s'est engagé à fond, et d'autres sports feraient bien de suivre notre exemple", a souligné M. Amsalem. Dans un premier temps, l'Association européenne d'athlétisme (AEA) avait convié la presse à une conférence de presse avec Stepanova ce lundi à Amsterdam. Pour des "problèmes logistiques", l'AEA a reporté ce point presse. En fait pour éviter de mettre trop de pression sur la jeune femme. Selon l'AEA, Stepanova pourra s'exprimer mercredi et jeudi, à l'issue des séries et demi-finales du 800 m. La finale est programmée samedi.

AFP