Mark Cavendish - larmes - HTC Columbia - Tour de France 2010
Mark Cavendish en larmes sur le podium du Tour | AFP - PASCAL PAVANI

Cavendish : "Plus dure est la chute"

Publié le , modifié le

L'enfant terrible du sprint a vaincu le signe indien à Montargis. Un succès qui fait du bien au coureur de HTC-Columbia, touché moralement depuis quelques semaines. "Plus on gagne, plus on veut en faire, s'est-il justifié. Et on quitte un peu le sol, on se retrouve sur un nuage. Et les gens attendent toujours plus de nous. L'aspect négatif, c'est qu'il y a des gens qui veulent vous descendre de votre nuage. Ca a été pour moi une leçon."

Q: Cette victoire vous soulage-t-elle après un début de Tour décevant ?
R: "Depuis le début, l'équipe était bien. Au prologue, Cancellara a battu Tony Martin de peu; dans les premières étapes, Pettachi était plus fort, mais l'équipe avait vraiment fait du très bon travail. Hier (mercredi), c'était vraiment bien aussi, même si je n'ai pu suivre leur travail. Aujourd'hui encore, ils ont fait un travail fantastique, plus que ce qu'ils auraient dû faire, plus ce qu'on pouvait espérer. Et j'ai pu conclure. Merci à l'équipe. Je me sens bien dans ce Tour, hier (jeudi) c'était un mauvais jour, ça arrive. Mais je pense que je peux à nouveau reproduire ce que j'ai fait précédemment."

Q: Cette victoire a-t-elle une saveur spéciale ?
R: "Il y a deux raisons qui rendent cette victoire spéciale. L'aspect positif, c'est que je pratique ce sport parce que j'aime ça, c'est ma vie. Alors plus on gagne, plus on veut en faire. Et on quitte un peu le sol, on se retrouve sur un nuage. Et les gens attendent toujours plus de nous. L'aspect négatif, c'est qu'il y a des gens qui veulent vous descendre de votre nuage. Ca a été pour moi une leçon. Je suis redescendu violemment de mon nuage. Plus on monte, plus dure est la chute. J'ai eu la chance dans ces moments difficiles d'être très bien entouré, j'ai des amis et une famille incroyables. Je les remercie d'être resté près de moi."

Q: On vous a donné une réputation de "bad boy". Etes-vous mal compris ?
R: (longue pause) "Je pense qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Mais il y a des gens qui jettent de l'huile sur le feu pour le faire grandir. Beaucoup de gens veulent juger ma personnalité sur ce qu'ils voient dans une course, sans me connaître. Il y a des gens qui m'entourent qui savent vraiment qui je suis. Les gens qui jugent sans me connaître ne m'aiment pas. Mais leur avis ne m'intéresse pas."