Cavendish à terre sur le Tour
Marc Cavendish (Sky) à terre sur le Tour | JOEL SAGET / POOL / AFP

Cavendish et Nibali ont tutoyé la fin

Publié le , modifié le

On ne gagne pas le Tour en première semaine mais on peut le perdre. Mark Cavendish a perdu une étape en chutant lourdement dans le final. Nibali aurait perdre beaucoup plus gros en se retrouvant à terre mais il a fini par reprendre sa place dans le peloton avant le sprint final.

Stupeur sur le Tour. Nibali tombe à moins de vingt kilomètres de l’arrivée. Le troisième homme annoncé de cette 99e édition à terre, c’est un sale coup pour le suspense. Les images TV rassurent vite les fans de l’Italien, il se relève comme un seul homme et chevauche un nouveau vélo. Dans un grand numéro de funambule, il slalome dans les voitures et les motos pour recoller au peloton avant l’emballage final. Le leader des Liquigas met quelques minutes à revenir mais sauve son avenir sur ce Tour. « C’était une étape très difficile, a-t-il raconté à l’arrivée. Le peloton était très nerveux aujourd’hui. Calme au début et tendu à la fin. Il y avait beaucoup de rond-points et beaucoup de trafic. Tous les coureurs voulaient aller devant. On m’a accroché et je suis tombé. Mais tout va bien. Quand le peloton roule à 60 à l’heure il faut faire très attention sinon on se retrouve par terre. »

 

Strike dans les rues de Rouen

Nibali venait tout simplement de décrire la chute de Mark Cavendish quelques kilomètres plus tard. On venait de passer la banderole des trois kilomètres quand un mouvement de Robert Hunter dans les premières positions du peloton a mis beaucoup de coureurs par terre. Un joli strike qui anéantissait les espoirs du champion du monde dans cette quatrième étape. Par chance, il s’en sortait sans bobo mais avec quelques courbatures à venir dans les prochains jours. Son ange-gardien Bernhard Eisel était lui touché au front. Quelques points seraient nécessaire mais pas de quoi stopper le géant autrichien. Plus de peur que de mal. On appelle ça les risques du métier.