cavendish joie peloton derrière 15072010
Cavendish devance tout le monde | AFP-PAVANI

Cavendish déroule

Publié le , modifié le

Le Britannique Mark Cavendish (HTC-Columbia) a triomphé au sprint vendredi à Bordeaux. Il s’impose facilement devant Julian Dean et Alessandro Pettacchi, au terme d'une étape sans rebondissement majeur. Avec cette victoire, Cavendish défend ses chances pour le maillot vert, récupéré par Petacchi. Le grand perdant d'aujourd'hui se nomme Thor Hushovd. Pas de souci pour Alberto contador, toujours en jaune, avant l'épreuve de vérité, le contre-la-montre de samedi.

L’étape était promise aux sprinteurs. C’est donc logiquement ques’est imposé Mark Cavendish à l’issue de cette 18e étape, qui n’a pasété le théâtre de péripéties. Après une première échappée qui voit lejour dès les premiers instants de la course, le petit groupe mené parYaroslav Popovych, le coureur de la Team Radioshack, voyait son rêved’évasion annihilé par le peloton qui revenait à distance. Mais cettepremière tentative sonnait l’alerte. Quelques kilomètres plus loin, unnouveau groupe, dont faisait partie les deux Français Jérôme Pineau etBenoît Vaugrenard, se détachait.

Alors que les hommes de laColumbia ont pris en charge le peloton, la nouvelle échappée continuaitsa promenade seule, sans être inquiétée par d’éventuelles sorties dupeloton, contrôlé d’une main de fer par la formation américaine. Al’image des routes sillonnant le parcours, c’était le calme plat.Jusqu’au coup d’éclat de Daniel Oss. L’Italien roulera une bonne partiede l’étape seul en tête, avant de se faire rattraper à quatrekilomètres de l’arrivée.

La Columbia prend les choses en main

Commesouvent dans ce genre d’étape, la décision devait se faire dans lesderniers mètres. Aux abords de la ligne d’arrivée, un schéma trèshabituel du Tour se mettait en place. Les baroudeurs de la TeamColumbia s'organisaient idans les meilleures dispositions pour leursprinteur. Ce fut donc facile pour Cavendish qui s’imposait avec unefacilité déconcertante, devant le coureur de Garmin-Transition, JulianDean. Alessandro Petacchi, lui, terminait à la plus petite place dupodium. Si la « fusée Cav » a de quoi être heureux, Thor Hushovd, enrevanche, peut avoir grise mine. Le Norvégien est le grand perdant del’étape. Concurrencé de très près par l’Italien de la Lampre, lesprinteur de la Team Cervélo perd ce soir son maillot vert, délesté parPetacchi qui va l’étrenner lors de la prochaine étape. Mais pas sûr quel’Italien le garde jusqu’à Paris, car Cavendish a relancé le débat, luiqui pourrait bien s’imposer une nouvelle fois lors de l’ultime étapeaux Champs-Elysées.

Trop fort pour résister à la surpuissance deCavendish, les Français Benoît Vaugrenard (FDJ) et Jérôme Pineau(Quick-Step) ont joué les trouble-fêtes en se lançant sur le devant dela course. Avant d’être noyés par la déferlante britannique. Après lecontre-la-montre sans doute décisif pour la victoire finale samedi, lessprinteus se retrouveront dimanche.Le final parisien promettra unebelle bagarre entre Petacchi et Cavendish. Une arrivée comme juge depaix.

Par Rayan Ouamara