Sandy Casar fdj 2012
Sandy Casar | AFP-Benies

Casar veille sur Pinot

Publié le , modifié le

Avec déjà 11 Tours au compteur, Sandy Casar, 33 ans tient un rôle particulier vis-à-vis de Thibaut Pinot, qui a 22 ans est le benjamin de cette 99e édition.

Vainqueur à Porrentruy, Thibaut Pinot répond toujours présent, avec une belle 11e place à 3’16 de Thomas Voeckler, le vainqueur. Et si ce jeudi pouvait en impressionner plus d’un avec deux cols hors catégorie, et une descente très périlleuse, le benjamin du Tour ne semblait pas ressentir la moindre appréhension. « On prend le départ comme d’habitude, Il n’y a pas de stress particulier aujourd’hui », a-t-il déclaré avec une grande décontraction. « On va essayer de faire une belle étape, mais je ne me suis pas préparé pour cette journée. La descente du Mollard n’est pas facile, très technique, les routes ne sont pas très bonnes, donc on va faire attention. On l’a reconnue deux fois en stages, cela peut servir. Les jambes sont bonnes, on verra bien ! »

Devant cette presque insolente sérénité, son plus expérimenté coéquipier Sandy Casar a pour rôle de tempérer un peu son jeune coéquipier. Avec 11 Grandes Boucles à son actif, le leader de la FDJ ne tient pas le même discours que Pinot. « Comme tout le monde on est un peu stressé quand même. C’est une étape courte mais très difficile… Il faut être en jambes, pour pouvoir basculer le premier col avec les meilleurs », précise Casar. « Je vais aider Thibaut le plus longtemps possible pour le placer et être parmi les meilleurs pour le classement général », dit-il.

Casar : « On va essayer de la canaliser »

Depuis le succès d’étape du coureur de 22 ans, le moral est plutôt à la hausse au sein de la formation de Marc Madiot. « Dans l’équipe tout va bien car la victoire de Thibaut nous libère un peu. On a envie d’en gagner d’autres. Thibaut marche très bien, et si il peut rentrer dans le 20 premiers à la fin du Tour, ce sera très bien », résume Casar mais son expérience le pousse à la vigilance par rapport au comportement de Pinot. « On va essayer de la canaliser. Il n’écoute pas beaucoup, mais il a un tempérament. Il peut faire quelque chose de grand. Il a toutes les qualités pour devenir un grand coureur, il a encore des lacunes dans le contre-la-montre, mais on a vu dans le prologue qu’il n’est pas mauvais quand il est en forme. Maintenant il faut attendre, il faut voir la manière dont il gère tout ça, mais il a la tête pour », a conclu le leader de la FDJ.
 

Romain Bonte