Sandy Casar
Sandy Casar sera l'un des fers de lance de la Française des Jeux | AFP Saget

Casar : "La chute est ma hantise"

Publié le , modifié le

Ce n'est un secret pour personne, Sandy Casar attend des jours meilleurs. Le leader de la Française des Jeux fait le dos rond et espère rapidement une éclaircie. Sur le Tour et dans ses jambes.

Q : Encore des conditions difficiles aujourd’hui ?
R : « Oui, on a souffert avec la pluie et le vent. C’est un début de Tour difficile. On prend au jour le jour. Tous les jours c’est une nouvelle classique, tous les jours on essaie d’aller pour une victoire d’étape. Comme l’arrivée était dure aujourd’hui, on espérait que tout le monde n’allait pas aller rouler. Mais ils ont roulé vite car il y avait cinq hommes à l’avant qui étaient de très bon rouleur. C’est dommage. »

Q : Après Châteauroux, c’est l’Auvergne puis les Pyrénées, on arrive sur vos terrains de prédilection ?
R : « J‘espère ! J’espère surtout que les conditions climatiques vont changer, qu’il va recommencer à faire beau. Même si ce n’est pas très froid, c’est toujours dangereux. Il faut vraiment faire attention. C’est ma hantise. »

Q : La fatigue s’accumule après bientôt une semaine de course ?
R : « La première semaine, c’est toujours compliqué, toujours très nerveux. C’est difficile à gérer pour moi. Pour le moment ça va pas mal car il n’y a pas eu de chute, ni de gros bobo. C’est le principal. On verra bientôt si je peux faire quelque chose sur ce Tour. »