3000m steeple
3000m steeple | AFP - Olivier Morin

Carton plein pour le steeple tricolore

Publié le , modifié le

Il y aura trois Français en finale du 3000m steeple masculin. Un record pour l'athlétisme tricolore ! Bouabdellah Tahri, Mahiedine Mekhissi et Vincent Zouaoui-Dandrieux ont passé le cap des séries, lundi matin à Daegu. Si Mekhissi a géré sa première course, les deux autres ont été repêchés au temps pour accéder à la course ultime.

Sous une chaleur étouffante et devant un Stadium a moitié plein, Mekhissi, qui ne veut plus entendre parler de sa rixe il y a quelques semaines avec Mehdi Baala, a ouvert le bal dans une première série remportée par l'Ougandais Jacob Araptany, vainqueur en 8 min 18"57. Le vice-champion olympique 2008 s'est montré à son avantage, contrôlant la course sans trop forcer. "Je me suis senti asphyxié, des sensations de jambes lourdes, a expliqué Mekhissi. Je me suis dit c'est pareil pour les autres, il ne faut pas s'inquiéter", a indiqué le Rémois. "Ca va se jouer sur l'état de fraîcheur et la récupération. On a la chance d'avoir trois jours avant la finale, au lieu de deux habituellement", a-t-il ajouté.

Dans la deuxième série, Tahri a dû lui batailler pour terminer cinquième mais avec un bon chrono de 8 min 13 sec 22/100e. Le vice-champion d'Europe a dû attendre les résultats de la 3e et dernière série pour savoir s'il passait bien le cap des séries. En bonne position juqu'à l'entame du dernier tour, Tahri a été débordé par quatre concurrents dans la ligne droite opposée, n'arrivant pas à passer à la vitesse supérieure dans les derniers 100 mètres. Mais sa série était relevée, remportée par le champion du monde en titre kenyan Ezekiel Kemboi en 8:10.93, ce qui en fait la série la plus rapide de l'histoire des Mondiaux.

Dans la troisième et dernière série remportée par l'Ougandais Benjamin Kiplagat (8:19.96), Vincent Zouaoui-Dandrieux a arraché la 6e place avec un temps de 8 min 23 "79 qui lui permet toutefois de rejoindre ses compatriotes en finale. Celle-ci est programmée jeudi à 13h25 heure française.

Gilles Gaillard