Caroline Garcia
La jeune Française Caroline Garcia | AFP - ONLY FRANCE - J-M EMPORTES

Caroline Garcia, l'espoir de retour

Publié le , modifié le

A 18 ans, avec son 135e rang mondial, Caroline Garcia représente l'avenir du tennis féminin tricolore. En constants progrès, elle pourrait affronter au 2e tour la N.1 mondiale, Azarenka, un an après avoir poussé Sharapova aux trois sets ici-même.

Elle avait participé au beau Roland-Garros des Françaises. Loin de la demi-finale de Marion Bartoli, mais à sa mesure. Pour ses premiers pas dans le tableau final avec une wild-card, celle qui était alors 188e mondial avait franchi le 1er tour avant de passer à deux doigts de faire tomber Maria Sharapova. Battue finalement 3-6, 6-4, 6-0 par l'ancienne N.1 mondiale, Caroline Garcia avait enthousiasmé le public avec son jeu agressif, son enthousiasme et sa rage de vaincre. Un après, la voilà de retour.

Désormais, elle occupe le 135e rang mondial. Alternant les matches sur le circuit principal et secondaire, elle poursuit son apprentissage du haut niveau. A son rythme. Cette saison, elle a déjà accroché deux membres du Top 100 (Arantxa Rus, 93e mondiale et Stéphanie Foretz-Gacon, 83e) à son palmarès. Et elle a donné bien du fil à retordre à des joueuses comme Jelena Jankovic (défaite au jeu décisif du 3e set à Kuala Lumpur), comme la révélation Mona Barthel (deux jeux décisifs). Grâce à une deuxième invitation, la native de Saint-Germain-en-Laye a l'occasion de briller encore une fois sur les courts de la Porte-d'Auteuil.

La relève féminine ?

Pour son entrée en matière, elle bénéficie de deux atouts: affronter l'Allemande Dinah Pfizenmaier, classée 194e au classement WTA, et jouer ce match sur le court N.2, une enceinte à taille humaine, avec des spectateurs très proches, ce qui se révèle souvent un avantage pour les Français. Néanmoins, son adversaire est déjà bien dans le rythme, après s'être sortie du tableau des qualifications. Du rythme mais de la fatigue peut-être aussi...

Si Caroline Garcia s'impose, elle gagnera après le droit de défier normalement la N.1 mondiale, Victoria Azarenka. En quête d'un exploit, qui viendra encore apporter une belle éclaircie dans l'horizon du tennis féminin français, bien pâle avec la seule présence de Marion Bartoli parmi les 60 meilleures joueuses du monde.