Tony Estanguet Mondiaux 2010
Tony Estanguet | AFP - Stringer

Estanguet: "Tenter le coup

Publié le , modifié le

Double tenant du titre mondial et bien décidé à affirmer ses ambitions à un an des Jeux Olympiques de Londres où il rêve de reprendre l'or, Tony Estanguet s'attaque aux Mondiaux en Slovaquie, chez son rival, Michal Martikan. "La tâche s'annonce assez ardue. Si on regarde toutes les caractéristiques du scénario, il y a de quoi partir en courant", lance le Français. "Mais il n'empêche que j'ai envie de m'accrocher et de tenter le coup."

- Est-ce que cela va être facile d'aller chercher Michal Martikan lors de Mondiaux chez lui à Bratislava ?
- "La tâche s'annonce assez ardue. Si on regarde toutes les caractéristiques du scénario, il y a de quoi partir en courant ! Les deux dernières saisons, je n'ai pas été bon sur ce bassin, et même cette fin de saison, j'ai eu un peu de mal lors des deux dernières courses. Mais il n'empêche que j'ai envie de m'accrocher et de tenter le coup."

- Vous sentez-vous en terrain miné ou cela fait plutôt plaisir de courir dans un pays où le canoë-kayak est un sport très populaire ?
- "Le sentiment est partagé parce que cela fait plaisir de courir sur ce bassin qui est vraiment dur. Cela reste un sacré défi de faire des manches de haut en bas sans toucher de portes. Mais on sent aussi que nous ne sommes pas chez nous. Je trouve qu'ici c'est plus prononcé qu'ailleurs parce que les Slovaques arrivent à créer une ambiance... Eux maîtrisent très bien le fait de courir à domicile alors que pour tous les adversaires le contexte de course est particulièrement dur. Cela fait dix ans qu'on vient ici, et c'est souvent le jackpot pour les Slovaques. Lors des deux dernières courses ici - une Coupe du monde en 2009 et les Championnats d'Europe 2010 - , les Slovaques ont fait 1,2,3 en canoë monoplace, alors que sur les autres bassins, c'est impossible."

- Mais le double champion du monde en titre et le Champion d'Europe, c'est vous et l'idée d'un troisième sacre consécutif vous fait-elle rêver ou vous n'en faites pas une montagne ?
- "C'est vrai que cela serait impressionnant sur le papier, mais ce n'est pas ce que je recherche en priorité. Dans ma tête, j'ai un peu oublié cette idée de favori, l'objectif est de continuer à progresser, d'accumuler des manches de haut niveau et si possible de s'approcher des jeux Olympiques... Mais le meilleur moyen de s'approcher des Jeux est quand même de gagner ici ! J'essaie de ne pas trop attacher d'importance à un éventuel triplé consécutif car je sais que c'était hautement improbable et compliqué à réaliser."

AFP