Estanguet: "Dans la stratosphère"

Estanguet: "Dans la stratosphère"

Publié le , modifié le

Tony Estanguet a dit se sentir "transporté ailleurs, quelque part dans la stratosphère" après avoir décroché vendredi à Pau son billet pour les Jeux de Londres où le médaillé d'or de Sydney en 2000 et d'Athènes en 2004 cherchera un troisième titre olympique.

Quels sentiments éprouvez-vous après avoir décroché cette sélection olympique?
"Je suis un peu transporté ailleurs, quelque part dans la stratosphère! Ce sont des moments vraiment particuliers dans une carrière, je n'en ai pas eus beaucoup comme cela, pourtant cela fait un petit moment que je suis sur l'eau. Des moments où l'on sait qu'on joue quatre ans de boulot et autant de travail sur quelques secondes d'efforts, le système de sélection est vraiment très dur. Quand cela passe, on ne comprend plus trop ce qui nous arrive. On a l'impression que tout s'arrête. J'ai eu du mal à retenir l'émotion parce que vraiment j'ai connu des moments difficiles, de doutes et d'incertitudes. Je me suis accroché et cela a fini par sourire."

Que vous laisse cette rivalité avec Denis Gargaud contre lequel vous vous êtes battu pour cette place aux Jeux?
"La rivalité avec Denis a été véritable, saine et profitable. Denis est un grand champion, champion du monde en titre, premier au classement mondial, c'est un très, très grand pagayeur et je pense qu'il aura des belles heures devant lui lors de la prochaine olympiade. Les sélections olympiques sont très sévères. Il n'y a peut-être pas d'autre système de sélection, mais que c'est dur! Moi, j'ai du mal à dire qu'il y a quelque chose à gagner, je le vois plus comme un piège où on peut tomber dedans."

Désormais, l'objectif est d'aller reprendre le titre olympique...
"Il va y avoir une belle course pour essayer d'aller chercher le titre à Londres. Là aussi, cela va être une sacrée paire de manches parce que les autres sont très forts et je ne crois pas forcément être bien meilleur qu'il y a quatre ans. Mais j'ai une carte à jouer et l'envie de savourer ces derniers Jeux pour aller chercher quelque chose de grand."

AFP

Canoë-Kayak