Alberto Contador contre la montre
Alberto Contador défend son maillot jaune |

Cancellara persiste, Contador résiste

Publié le , modifié le

Comme prévu, le Suisse Fabian Cancellara a remporté la 19e étape du Tour de France, disputée en contre-la-montre entre Bordeaux et Pauillac. Et Alberto Contador a conservé son maillot jaune en dominant Andy Schleck. Sauf incident, l'Espagnol va empocher dimanche son 3e sacre à Paris.

Le suspense aura duré 18 kilomètres. 18 kilomètres sur les 52 que comptait le dernier chrono de ce Tour de France. Au premier pointage, Andy Schleck ne comptait en effet que 6 secondes de retard sur Alberto Contador, ce qui signifiait que le Luxembourgeois avait repris deux secondes à l'Espagnol ! Un scénario presque inimaginable tant la supériorité contre-la-montre du leader de la formation Astana ne faisait aucun doute avant le départ. Le Tour de France était sur le point de basculer. Le mérite en revient à Schleck, magnifique brouilleur de cartes. Loin d'être un spécialiste, le coureur de la Saxo Bank a jeté toutes ses forces dans la bataille afin d'instiller le doute dans l'esprit de son rival. Cela a dû fonctionner car Contador n'a jamais paru trouver le bon rythme, ni la bonne position. Lui qui avait remporté l'ultime contre-la-montre du Tour 2009 a peiné mais il a eu le mérite de s'accrocher et de ne pas se désunir. Et Schleck a fini par céder. Mètre après mètre, seconde après seconde.

Au second pointage intermédiaire, ce dernier accuse désormais un retard de 15 secondes. Le coup de pédale se fait moins fluide et il pioche de plus en plus. Pour autant, Contador n'est pas aérien, loin de là, mais cela suffit à creuser progressivement l'écart. Au final, l'Espagnol, "seulement" 35e franchit la ligne d'arrivée à Pauillac avec 31 secondes d'avance sur son rival, 44e. Reste que cet écart n'est pas sans rappeler celui qui séparait les deux hommes avant le fameux saut de chaîne qui empêcha Schleck de lutter à armes égales dans le port de Balès.

Cancellara fidèle au rendez-vous

Loin des deux grands animateurs de ce Tour 2010, Denis Menchov a été le seul des coureurs présents dans le top 10 à tenir son rang. Et encore. Mais le Russe, 11e, a accompli sa mission, à savoir dépasser Samuel Sanchez et ravir à l'Espagnol la 3e place sur le podium à Paris. Lance Armstrong, jadis impérial en solitaire, termine quant à lui à une anonyme 67e place. La contre-performance d'ensemble des favoris peut également s'expliquer par le vent qui s'est mis à souffler dans la deuxième partie de l'épreuve. Mais Eole n'a rien à voir dans le succès du vainqueur du jour. Comme annoncé, Fabian Cancellara a remporté le chrono, après avoir survolé le prologue, et confirmé qu'il ne craignait personne dans l'exercice solitaire. Seul l'Allemand Tony Martin a pu contester la supériorité de "Spartacus", qui, au prix d'un meilleur finish, s'impose avec 17 secondes d'avance sur le rouleur de la Columbia et 1'48 sur un autre Allemand, Bert Grabsch. Le Suisse signe au passage son sixième succès dans le Tour de France. Alberto Contador, en larmes à l'arrivée et qui n'aura pas connu la joie de gagner une étape sur ce Tour, s'apprête à défiler en conquistador dans les rues de Paris. Pour la troisième fois. Alors qu'il avait devancé Schleck de 4'11 l'an passé, l'Espagnol ne s'impose cette fois qu'avec 39 secondes d'avance sur son jeune concurrent, soit le 5e plus petit écart dans l'Histoire de la Grande Boucle. Le maillot jaune a bien raison de laisser son soulagement s'exprimer...

Par Julien Lamotte