Fabian Cancellara Tour des Flandres 04 2011
Le Suisse Fabian Cancellara | AFP - YORICK JANSENS

Cancellara dans le bon tempo

Publié le , modifié le

Vainqueur du contre-la-montre individuel et dernière étape du 75ème Tour de Suisse, Fabian Cancellara a encore prouver qu'il allait falloir compter avec lui lors du Tour de France 2011. Auteur d'une belle démonstration de force, il a également profité de l'occasion pour réaffirmer les objectifs de son équipe, Leopard-Trek: "remporter le Tour". Et d'ajouter: "Les victoires d’étapes ne seront que du bonus".

Une fois de plus, et sur ses terres, Fabian Cancellara en a mis plein la vue à ses adversaires. Avec un chrono impressionnant, le Suisse de Leopard-Trek a remporté le contre-la-montre du Tour de Suisse devant un trio RadioShack (Kloden, Leipheimer, Oliveira). "Je ne savais pas trop où j'en étais avant le Tour de Suisse, a-t-il confié sur la ligne d'arrivée. Je ne connaissais pas trop mon état de forme. Là, après une semaine de course, je sais exactement de quoi je suis capable. Aujourd’hui, je suis serein pour la suite. (...) Je me suis donné à 100% devant mon public. Je crois que je suis prêt pour le Tour ! ". Prêt, le mot est faible. Le Suisse a en effet réalisé de belles prestations cette saison : vainqueur du Grand Prix E3, victoire du CLM de Tirreno Adriatico, deux succès d'étapes sur le Tour de Suisse, 2e de Milan-San Remo et de Paris-Roubaix, 3e du Tour des Flandres. De quoi attiser des craintes justifiées au sein du peloton.

"Maintenant, il est important, pour moi, de bien me reposer en famille et avant le départ du Tour de France, estime Cancellara sur le CyclismActu.net. Vous savez, courir trois semaines, c'est très exigeant et cela demande vraiment d'être au top de sa forme. J’ai besoin de souffler, de bien récupérer. Vous le savez, toute mon équipe Leopard-Trek a de gros objectifs sur le Tour de France. Et elle compte énormément sur moi. Il faut que je sois en forme." Pour arriver dans les meilleures conditions, les coureurs sélectionnés pour la Grande Boucle vont partir, cette semaine, en Bretagne pour un ultime repérage. "Ce sont des étapes qui n'arriveront pas forcément au sprint et qui s'annoncent donc périlleuses, note "Spartacus". Il est très important, pour nous, de bien repérer le terrain afin d’éviter de se faire piéger."

S'il ne court évidemment pas après le maillot jaune, Fabian Cancellara espère bien que celui-ci sera sur les épaules de son coéquiper Andy Schleck lors de l'arrivée à Paris. D'ailleurs, il balaye de la main tous les doutes qui entourent le Luxembourgeois depuis quelques semaines. "Il faut faire la différence entre ce que l’on peut voir en course et ce que l'on peut voir en dehors de la course, rappelle Cancellara. Dans l'équipe, on a toujours eu confiance en Andy. On sait qu'il va bien. Certes, il a connu un jour sans sur ce Tour de Suisse. Mais ce n’est qu'une course de préparation." Et d'ajouter : "Nous allons tout faire et tout donner pour que Frank et Andy fassent un grand Tour de France. Andy a déjà fini deux fois second, il est donc capable de finir en jaune sur les Champs-Elysées." De son côté, Cancellara, pour sa septième participation au Tour de France, tentera de s'offrir de nouveaux succès. A commencer par le chrono par équipe, aux Essarts, dimanche 3 juillet.

Isabelle Trancoën