Camille Muffat
Camille Muffat | AFP - FRANCOIS XAVIER MARIT

Camille Muffat naufragée mais combative

Publié le , modifié le

Comme lors de sa série du matin, Camille Muffat a été incapable d'accélérer lors de sa finale du 400m nage libre, finissant en 7e position d'une course dont elle était la favorite. "Je m'en veux", disait-elle après sa course, évoquant un "doute" qui est apparu à un moment dans l'eau.

Lors de sa série du matin, elle avait nagé le 400m sur le même rythme, incapable de revenir sur Melanie Costa Schmid, qu'elle avait laissé partir. "Je ne voyais pas l'intérêt d'aller la chercher", disait-elle alors. Le problème, c'est que lors de la finale, elle n'a pas pu suivre le rythme imposé par Katie Ledecky, longtemps sur les bases du record du monde. Pire encore, elle a été décrochée par presque toutes ses concurrentes, elle qui possédait les meilleures performances de la saison. "Je suis passée complètement à côté", constatait-elle une fois sa course achevée. "A aucun moment je n'ai pu montrer ce que je valais. C'est une configuration qui ne m'est jamais arrivée et il a suffit d'un regard à côté pour que je fasse pas ce que je sais faire. Ca m'est déjà arrivé, mais il y a plus longtemps, lors des championnats de France, quand Coralie (Balmy) partait très vite, j'avais beaucoup de mal à suivre. C'est peut-être un moment de doute, et une gamine qui progresse, et qui part très vite."

Au lendemain de la sortie médiatique de son entraîneur, Fabrice Pellerin, à l'encontre de son agent, Sophie Kamoun, l'envie est forcément forte de voir dans cette performance la conséquence d'un moment déstabilisant. La Niçoise le sait, mais refuse d'aller dans ce sens:  "J'en ai entendu vaguement parlé, mais ce ne sont pas mes affaires pour l'instant", balaye-t-elle, ajoutant que son entraîneur va certainement "trouver ça dommage, nul, que ce n'est pas censé arriver."

"Pas la championne que j'étais il y a 1 an et demi"

Championne olympique de la distance, finissant 7e d'une course dont elle était la grande favorite, Camille Muffat est descendue de son trône brutalement. De sa voix froide, elle le reconnaît: "Je m'en veux d'avoir laissé passer ce 400m qui me tenait à coeur. Je m'en veux vraiment. Il n'y avait plus de championne olympique, on était toutes pareilles, et j'ai été nulle. Je m'en veux de ne pas avoir montré ce que je savais faire. Je savais que c'était à ma portée. Je n'ai pas été la championne que j'étais il y a un an et demi. Je pensais être bien. Là, c'était nul. Il faut faire profil bas."

Mais son instinct de championne ressort invariablement, malgré cet échec, malgré cette énorme déception: "En ayant fait 4'5 ce matin, ce n'est vraiment pas un problème de temps. J'ai déjà montré que je pouvais être rapide, que je pouvais ramener des médailles, et cela n'a pas changé. Le 200m est une autre course."

La déception de Camille Muffat