Camille Muffat
La championne olympique Camille Muffat | DR

Camille Muffat, l'année d'après

Publié le , modifié le

Le 29 juillet 2012, Camille Muffat décrochait la première médaille d'or olympique de l'équipe de France à Londres. Quelques minutes avant le relais 4x100m masculin. Dimanche, le 28 juillet 2013, elle pourrait devenir championne du monde pour la première fois de sa carrière, sur 400m nage libre. C'est son objectif, son défi qu'elle aborde avec une grande sérénité.

"Il y a une décontraction supplémentaire d'avoir gagné l'an dernier." En une phrase, Camille Muffat a résumé le changement qui s'est produit dans sa vie depuis ce 29 juillet 2012. A Londres, elle a lancé à merveille la quinzaine olympique française, en décrochant l'or sur 400m nage libre. Et le programme des Mondiaux de Barcelone lui propose le même défi cette année: "Je ne sais pas si c'est une chance ou pas", dit-elle au sujet de cette "ouverture" du bassin. "Je n'ai pas le choix. Mais c'est bien de rentrer assez vite dans la compétition. J'ai un peu hâte que cela commence, mais les choses arrivent assez vite." Nouvelle reine de la discipline, titulaire de la meilleure performance mondiale de l'année (4'02"64), elle est la grande favorite pour le titre. Et elle le sait: "La pression est différente. Mais cette moindre pression ne veut pas dire qu'il y a moins de motivation. La pression, j'arrive encore mieux à la gérer", estime-t-elle. Après avoir conquis l'olympe, elle veut conquérir le monde: "C'est la logique, la continuité". 

Le doublé plus atteignable

Ce calme, la nageuse de Nice n'est pas la seule à le ressentir: "Camille a bien bossé", juge Fabrice Pellerin, son entraîneur. "Elle n'est pas la seule à vouloir être championne du  monde cet été mais elle sait aujourd'hui qu'elle a l'expérience, la préparation  et que la meilleure façon d'aborder les choses c'est d'y aller avec une  certaine sérénité. Je suis content d'observer ça". A Londres, Camille Muffat avait été contrainte d'enchaîner le 200m nage libre au lendemain de sa victoire sur 400m. Un défi qu'elle avait partiellement relevé, en prenant l'argent, mais qui sera beaucoup plus à sa portée à Barcelone, elle qui possède également le meilleur chrono mondial sur 200: "Cette année j'ai un jour de  repos entre les deux. Je ne vais pas dire que le 200m est plus ouvert cette année parce que je ne pense pas tellement  finalement. Mais je pense avoir mes cartes aussi et je sais que je suis attendue." En l'absence de la championne olympique, Allison Schmitt, de la prodige Katie Ledecky et malgré la présence de la super-star Melissa Franklin, elle est plus que jamais en bonne position.

Encore plus ambitieuse pour toucher un or mondial qu'elle n'a qu'effleuré de loin en grand bassin (bronze sur 200 et 400 à Shanghaï en 2011), la nageuse de 23 ans assume totalement sa nouvelle notoriété, son nouveau statut: "Je le vis plutôt bien. C'est positif. Cela ne me met pas de pression supplémentaire."

Vidéo: Muffat sereine avant les mondiaux

Voir la video