Bubka veut faire le plein

Bubka veut faire le plein

Publié le , modifié le

Si l'on regarde sur un plan spécifiquement sportif, les Mondiaux de Moscou ne débutent pas dans les meilleures conditions, avec au cours des dernières semaines des révélations de dopage de quelques rois du sprint et sutout de nombreuses défections sur blessures qui ternissent l'éclat du principal rendez-vous athlétique de l'année. Malgré tout, Sergei Bubka, vice-président de la Fédération internationale d'athlétisme, très impliqué dans ces Mondiaux, espère que le stade Loujniki "fera le plein"

Selon l'ancien champion ukrainien, la réussite des Mondiaux passera en effet par un succès populaire conséquent. "Il est très important que les visiteurs soient très nombreux sur tous les stands, et que le stade soit à pleine capacité, par ce que nous avons besoin de spectateurs pour soutenir les athlètes. Ceux-ci ont besoin de sentir ce courant de sympathie. et puis il en va de l'image de la ville. Ce n'est pas tous les jours qu'un tel événement se déroule à Moscou.

Bubka est bien conscient que les contrôles positifs de quelques sprinteurs très attendus, l'Américain Tyson Gay et les Jamaïcains Asafa Powell et Veronica Campbell-Brown, ont un peu plombé l'ambiance. Mais il n'a pas voulu utiliser la langue de bois sur ce sujet. Comme d'autres, l'ancien perchiste,par ailleurs  candidat à l'élection pour la présidence du Comité international olympique le mois prochain, a appelé à un durcissement des sanctions, de deux à quatre ans. Une mesure prévue pour les produits "lourds" dans futur Code mondial du sport. De la fermeté donc, c'est ce que prône Bubka qui espère que l'on n'en restera là, et que ces Mondiaux se passeront sans autre coup de tonnerre.

C'est une des clé de la réussite, montrer que l'on ne laissera rien passer et que la suspicion n'a pas lieu d'être. D'autant qu'à ces problèmes de dopage sont venues s'ajouter plusieurs absences et non des moindres: le joyau du Kenya et du 800 m David Rudisha, auteur de la plus épatante performance sportive des Jeux de Londres avec son record du monde en solitaire, a dû s'avouer vaincu face à un genou récalcitrant.  Jessica Ennis, emblème des JO londoniens, a renoncé également, tout comme le partenaire d'entraînement de Bolt, Yohan Blake ou encore la Croate Blanka Vlasic à la hauteur.

Pour Sergei Bubka, malgré ces pérégrinations qui n'ont pas placé la compétition sous les meilleurs auspices, et dans un pays où les sports les plus populaires sont le football et le hockey, il faut "que l'athlétisme trouve sa place et que l'on démontre que la Russie, pays dans lequel il y a beaucoup d'athlètes de haut niveau, a un vrai intérêt pour ces Mondiaux en particulier et pour l'athlé en général".  
C'est une question de réussite pour la Russie, et d'ambition pour de prochaines candidatures.

Christian Grégoire