Le combat entre Bettini et Carter
Rubin "Hurricane" Carter face à Fabio Bettini en 1965 | AFP

Rubin "Hurricane" Carter est décédé

Publié le , modifié le

A l'âge de 76 ans, le boxeur Rubin "Hurricane" Carter est décédé, à Toronto, d'un cancer de la prostate. L'Américain a été particulièrement connu pour avoir passé 19 années en prison, reconnu coupable de trois meurtres avant d'être libéré après de multiples appels, en 1985. Son histoire, avec en toile de fonds le racisme, a fait l'objet d'une chanson de Bob Dylan, intitulée Hurricane en 1975, de plusieurs livres et également d'un film, où le boxeur était incarné en 1999 par Denzel Washington.

"Repose en paix Rubin, ton combat est achevé mais ne sera pas oublié", a réagi sur son site l'association de défense des victimes d'erreurs judiciaires (AIDWYC), dont "Hurricane" Carter a été le directeur exécutif de 1993 à 2005. Malgré ses dénégations, Rubin Carter avait été condamné par deux fois, en  1967 et 1976, pour le meurtre de trois Blancs dans un bar du New Jersey en  1966. Un jury exclusivement blanc avait prononcé la peine, infligée également à  son co-accusé noir John Artis. Ce dernier l'a accompagné jusqu'au bout et a  précisé à des médias américains et canadiens que l'ex-boxeur, qui souffrait  d'un cancer de la prostate, était mort à 76 ans dans sa maison de Toronto. Carter avait été libéré de prison en 1985, après plus de 19 ans  d'incarcération, quand un juge fédéral avait annulé sa deuxième condamnation,  l'estimant entachée de racisme. Son arrestation avait mis un terme à sa carrière de boxeur.

Au-delà de son histoire et du symbole de la lutte contre le racisme aux Etats-Unis, Rubin Carter s'est signalé sur les rings par sa capacité à mettre KO ses adversaires. Son  heure de gloire, c'est le 20 décembre 1963 qu'il le vit. Face à l'ancien et au futur champion du monde, Emile Griffith, il commence tambour battant, mettant son adversaire par deux fois au tapis dans le premier round, entraînant le KO technique.

Ce succès permet à Carter d'atteindre la troisième place des prétendants au titre des poids moyens. Il a ensuite battu le futur champion des poids lourds, Jimmy Ellis, mais a perdu contre Joey Giardello, par décision des juges en 1964. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze