Mormeck
Jean-Marc Mormeck. | ROLF VENNENBERND / DPA / AFP

Mormeck tire un bilan encourageant et prometteur

Publié le , modifié le

"On n'a pas trop de soucis à se faire pour la boxe professionnelle en France", a assuré Jean-Marc Mormeck, ancien champion du monde WBA-WBC des lourds-légers et retraité des rings depuis un an, lors d'un entretien récemment accordé à l'AFP.

Malgré la récente et toute première défaite de Romain Jacob  (super-plume), la France possède encore quatre champions d'Europe. Une belle  année pugilistique ?

Jean-Marc Mormeck : "Oui. Avec cinq champions EBU au cours de l'année (NDLR: Michel Soro en  moyens, Cédric Vitu en super-welters, Hadillah Mohoumadi en super-moyens,  Thomas Masson en mouche et Jacob), on peut dire que nous possédons le niveau  européen. Sans aucun doute. Nous avons de beaux et bons boxeurs. A l'instar de  Soro qui a une belle droite, ou de Vitu que je connais bien. A force de  défendre leurs titres, ils vont progresser."

Que pensez-vous de la performance de Johann Duhaupas, quatrième français  après vous, à avoir eu une chance mondiale chez les poids lourds ?

J-M M. : "Face au champion en titre WBC Deontay Wilder, Duhaupas a été dur,  solide, vaillant (NDLR: arrêt à l'entame de la 11e reprise). Il lui a manqué un  peu d'expérience. Il aurait pu faire un meilleur résultat avec quelques  semaines d'entraînement supplémentaires."

Des ceintures mondiales sont-elles à portée de main dans les années qui  viennent ?

J-M M. : "Évidemment, il faut surveiller qui boxe dans certaines catégories et  éviter de tomber sur des extra-terrestres comme Golovkin (le Kazakh Gennady  Golovkin, champion WBA des moyens, invaincu en 34 combats, NDLR). Mais je crois  qu'en boxe pro en France, on n'a pas trop de soucis à se faire, si c'est bien  géré, bien dirigé et que nous prenons le temps de faire les choses pour aller  vers des championnats du monde."

Un commentaire sur la boxe amateur ?

J-M M. : "Lors des Championnats du monde à Bakou, j'ai vu une belle équipe de  France et des jeunes de très bon niveau et très prometteurs. D'ailleurs, il  faut féliciter Tony Yoka pour son titre des lourds. Il doit s'endurcir et  s'étoffer encore un peu, mais je pense qu'il peut faire quelque chose chez les  professionnels."

Que pensez-vous du rapport "Tiozzo", qui préconise la création d'une  ligue professionnelle en France ?

J-M M. : "Je crois à la Ligue. Je pense qu'elle devrait être dirigée par  quelqu'un qui aime ce sport, mais qui ne soit pas déjà ancré dans le milieu. Si  la boxe en France a connu si peu d'évolution ces dernières années, c'est bien  qu'il y a un problème. J'ai eu une discussion avec le secrétaire d'Etat aux  Sports, Thierry Braillard, à qui a été remis ce rapport, et j'ai approuvé ce  qui m'a été expliqué. Il faut redynamiser."

Que vous inspire la victoire surprise de Tyson Fury contre Vladimir  Klitschko, sur lequel vous aviez buté en 2012 ?

J-M M. : "Je pense que Klitschko a un peu sous-estimé Fury et a fait trop  confiance à son expérience. On a tendance à se reposer un peu quand on domine  une catégorie depuis plus de dix ans. Mais il est difficile de boxer un gars de  plus de 2 mètres, de trouver la distance. Si en plus il est jeune et fougueux!  On va voir si Klitschko a l'envie de redevenir champion du monde. Je pense  qu'on connaîtra l'avenir de Fury à l'issue de la revanche. Il devra confirmer  l'exploit."

AFP