Mormeck
Jean-Marc Mormeck. | ROLF VENNENBERND / DPA / AFP

Mormeck réussit son retour

Publié le , modifié le

Jean-Marc Mormeck a réussi son retour sur les rings après plus de deux ans d'absence, en battant le Hongrois Tamas Lodi, jeudi à Asnières, par arrêt de l'arbitre à la 4e reprise d'un combat en catégorie des lourds-légers, dans laquelle il a été six fois champion du monde. Mormeck, 42 ans, a fait preuve d'une grande tonicité pour vaincre un adversaire de 18 ans son cadet, qui n'a jamais trouvé la parade. Cette victoire aisée peut lui permettre d'envisager un nouveau championnat du monde avant la fin de l'année comme il le souhaite.

Mormeck renouait avec la boxe après 27 mois d'inactivité, depuis sa défaite face à Vladimir Klitschko pour son premier championnat du monde chez les lourds. Impressionnant de sérénité, il  n'a jamais laissé son adversaire respirer. Lors d'un premier round d'observation, Mormeck avait eu le temps de montrer que, fidèle à ses habitudes, il allait avancer continuellement sur un adversaire qui n'avait qu'un jab à lui opposer. Le combat allait s'accélérer nettement dès la deuxième reprise, au cours de laquelle le Français touchait son adversaire au visage des deux mains tout en commençant un travail au corps. Ses coups lourds résonnaient dans la patinoire d'Asnières où un millier de supporters acquis à sa cause scandaient son prénom.

Au troisième round, l'avalanche de coups se précisait, Mormeck qui a semblé avoir retrouvé le tonus et l'explosivité qui faisaient sa force il y a quelques années, touchait encore et encore, et Lodi ne devait son salut qu'au coup de gong. Dépassé en vitesse et en puissance, le Hongrois tentait de reculer l'échéance avec son bras avant, tout en essayant de toucher Mormeck en contre. Mais le Français se protégeait parfaitement et n'était jamais inquiété. Marchant continuellement sur son adversaire,  il l'a envoyé au tapis au début de la 4e reprise. Compté huit, le Hongrois a été finalement arrêté par l'arbitre quelques instants plus tard.

Christian Grégoire