Deontay Wilder
Deontay Wilder célèbre sa victoire | STEVE MARCUS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Lourds/WBC - Wilder met fin à la disette américaine

Publié le , modifié le

Deontay Wilder est devenu le premier champion des lourds américain depuis 2007 après son net succès face au Canadien Bermane Stiverne, samedi à Las Vegas (Nevada). Wilder s'est emparé du prestigieux titre WBC à l'issue de douze reprises à sens unique, comme l'ont prouvé les cartes des trois juges-arbitres (118-109, 119-108, 120-107). Le boxeur de Tuscaloosa, dans l'Alabama, n'a pas laissé passer à 29 ans sa première chance mondiale: il a signé son 33e succès en autant de combats, même si pour la première fois, il a dû aller jusqu'au terme des douze reprises.

"Je suis tellement content de ramener ce titre aux Etats-Unis", s'est  félicité celui qui est surnommé "The Bronze Bomber" qui a signé le succès le  plus important de sa carrière le jour du 73e anniversaire de Mohamed Ali, la  légende de la boxe. Wilder qui culmine à 2,01 m, n'a laissé aucun répit à son adversaire âgé de  36 ans. Plus agressif, plus précis, l'Américain, médaillé de bronze des JO-2008,  n'a connu qu'une petite alerte, lors de la deuxième reprise, qu'il a terminée  au tapis alors que son adversaire s'est accroché à lui. Il a bien failli abréger le combat à la septième reprise avec un  combinaison qui a durement secoué le tenant du titre.

Mais le Canadien d'origine haïtienne a retrouvé ses esprits et atteint la  douzième reprise. "Je n'ai pas pu faire ce que je sais faire, je n'étais pas bien sur le  ring", a regretté Stiverne, qui a concédé sa deuxième défaite pour 24 victoires  et un nul. Son vainqueur peut devenir la nouvelle attraction de la boxe américaine:  "J'ai répondu à ceux qui doutaient de moi. Je savais que je pouvais tenir douze  rounds et prendre des coups", a-t-il lancé. Il fallait remonter à novembre 2006 pour trouver trace d'un Américain,  détenteur d'un titre des lourds, en l'occurrence Shannon Briggs qui a  brièvement, jusqu'à juin 2007, eu en sa possession la ceinture WBO. Depuis le début des années 2000, la boxe américaine qui a produit des  phénomènes comme Ali, George Foreman, Mike Tyson ou Evander Holyfield, a laissé  le contrôle de la catégorie-reine aux nations issues de l'ex-bloc soviétique,  notamment les frères ukrainiens Vitali et Vladimir Klitschko. "Je veux redonner de l'éclat à cette catégorie des lourds", a promis Wilder.

AFP