Benjamin Adegbuy
Benjamin Adegbuy (ici à droite) est l'une des stars du kick-boxing mondial | Bernas.com

Le kick-boxing investit le stade Pierre-Mauroy de Lille

Publié le , modifié le

Pour la première fois en France, les meilleurs kicks-boxeurs mondiaux s'affrontent lors du tournoi Glory 22, équivalent des Championnats du monde, au stade Pierre-Mauroy de Lille ce vendredi soir. Au programme, dix combats et un show à l'américaine. Si les fans du sport ont répondu présent, les organisateurs espéraient bien mieux que les quelques quatre à cinq milles places vendues pour l'événement.

Rico Verhoeven contre Benjamin Adegbuyi. Ces noms ne vous disent sans doute rien mais pour les fans de kick-boxing dans le monde, il s'agit d'une superbe affiche pour l'attribution du titre de Champion du monde des poids lourds. Ce duel constituera le sommet du tournoi Glory 22 qui prend d'assaut ce vendredi soir le Stade Pierre-Mauroy de Lille. La configuration du site permet à un tel événement de venir en France pour la première fois. Le grand stade de la métropole lilloise confirme son statut multi-fonctions puisqu'en plus d'accueillir les matches du LOSC, celui-ci a aussi accueilli la dernière finale de Coupe Davis entre la France et la Suisse et sera l'hôte des phases finales du prochain Championnat d'Europe de basket en septembre.

Après Tokyo ou New-York, les organisateurs espéraient attirer un public plus large que les simples fans de ce sport. Pari plutôt perdu. Loin des 10 000 spectateurs, ce sont plutôt 5 000 personnes maximum qui se masseront autour du ring ce vendredi soir. "Pour une première en France, le test est plutôt concluant. On a vendu les places les plus chères ce qui prouve qu’un public de vrais fans sera présent." estime Nicolas Guis, représentant de Glory 22 en France, pour la Voix du Nord. Outre les stars mondiales, quatre Français monteront sur le ring pour défendre leur titre ou en conquérir de nouveaux: Freddy Kemayo, Djimé Coulibaly, Karim Ghajji et Thomas Adamandopoulos. Ces derniers pourront compter sur leurs soutiens habituels mais pas plus. Pour transformer l'essai, le kick-boxing devra sans doute multiplier ce genre d'événements dans de grandes enceintes dans l'Hexagone.