Manny Pacquiao
Manny Pacquiao a conservé son titre WBA des welters | Christian Petersen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Boxe : Manny Pacquiao en démonstration

Publié le , modifié le

La légende philippine de la boxe Manny Pacquiao a fait forte impression samedi à Las Vegas (Nevada) en surclassant l'Américain Adrien Broner pour conserver son titre WBA des welters.

Il n'y a guère que Broner qui a cru, ou fait mine de croire, à sa victoire. A l'issue du 12e round, Adrien Broner, qui se fait appeler "The Problem" s'est précipité sur l'un des quatre poteaux du ring et a revendiqué, les bras levés, la victoire, à la plus grande surprise des 13.000 spectateurs de la MGM Grand Garden Arena. Mais quelques minutes plus tard, le verdict des trois juges est tombé : unanime, sans surprise et sans contestation possible, 117-111, 116-112, 116-112 en faveur de Manny Pacquiao.

La seule victoire que peut revendiquer Broner est d'avoir tenu douze rounds face à la puissance et la détermination de Pacquiao. A 40 ans, "Pac Man", revenu sur les rings après avoir été sénateur aux Philippines en 2016, n'a laissé aucune chance à son adversaire, de onze ans son cadet. Il a bien failli emporter la décision durant la 7e reprise avec un enchaînement de coups violents qui ont fait vaciller Broner, mais l'Américain a réussi à rallier son coin. Rebelote à la 9e reprise avec cette fois un uppercut du gauche qui a touché au menton Broner, l'obligeant à se rattraper aux cordes.

Pacquiao-Mayweather, épisode 2 ?

L'Américain s'est encore sorti d'affaires grâce à sa capacité à encaisser les coups, mais il n'a jamais mis en difficulté Pacquiao qui a conservé son titre dit "régulier", le moins prestigieux des deux attribués par la WBA, conquis en juillet dernier. Le Philippin a signé la 61e victoire (39 avant la limite) de sa carrière professionnelle, débutée en 1995, pour sept défaites et 2 nuls. "Je suis si heureux, car j'ai réussi à boxer aussi bien pendant le combat qu'à l'entraînement, j'ai montré qu'à 40 ans, je pouvais encore donner le meilleur de moi-même", a insisté Manny Pacquiao qui a infligé à Adrien Broner, de onze ans son cadet, sa quatrième défaite pour 33 victoires et un nul. "La carrière de Manny Pacquiao n'est pas terminé", a-t-il insisté.

Son prochain défi pourrait le ramener face à une vieille connaissance, son ancien grand rival Floyd Mayweather qu'il rêve de retrouver depuis que l'Américain l'a battu lors de leur décevant mais très rénumérateur "combat du siècle" en 2015. "Dites-lui de revenir, dites que je suis prêt à l'affronter", a-t-il lancé à la presse, après son combat. Établi à Las Vegas, Mayweather, resté invaincu durant toute sa carrière professionnelle (50 victoires, dont 27 avant la limite), a assisté au combat de son ancien rival. Pas pour le superviser ou le chambrer, mais pour profiter pleinement de sa vie de retraité, avait-il glissé avant l'entrée en scène de Pacquiao. A moins que le Philippin et son entourage trouvent des arguments sonnants et trébuchants pour faire sortir de sa retraite dorée "Money" (argent), son surnom au regard des centaines de millions de dollars gagnés sur les rings.
 

AFP