Boxe : la légende de Mike Tyson en 5 combats

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Mike Tyson face à Trevor Berbick en 19886.
Mike Tyson face à Trevor Berbick en 19886. | Carlos SCHIEBECK / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dans la nuit de samedi à dimanche (à partir de 3h), Mike Tyson va remonter sur le ring. Quinze ans après son dernier combat conclu par une défaite face à Kevin Mc Bride, la légende de la boxe va disputer un combat d’exhibition face à Roy Jones Jr, à Carson (Californie). A 54 ans, l’ancien champion du monde ouvre le dernier chapitre d’une immense carrière. Retour sur 5 combats qui ont façonné la légende de Iron Mike.

• Mike Tyson vs Trevor Berbick (1986) : un record et un cafard

Ce n’est pas le premier combat de Mike Tyson, il en avait même remporté 27 (sur 27 disputés) avant d’affronter Trevor Berbick. Si ce combat est particulier, c’est parce qu’après seulement 5 minutes et 35 secondes de combat, Mike Tyson est devenu le plus jeune champion du monde poids lourds de l’histoire, à seulement 20 ans.

Et Iron Mike a mis les formes : à la deuxième reprise, un énorme crochet gauche sonne le Jamaïcain. Il titube, se relève, retombe dans les cordes, se relève, zigzague… puis s’affale, laminé par un jeune à la puissance brute effrayante. Assis au premier rang, Sylvester Stallone racontera ensuite que les coups de Tyson n’avaient pas le même son que ceux des autres boxeurs, et donnaient vraiment l'impression qu'il recevait lui-même les coups, assis sur sa chaise.

Orphelin de son mentor et père spirituel Cus d’Amato, décédé quelques mois plus tôt, Tyson ne peut cependant savourer comme il se doit. Dans son autobiographie Tyson, la vérité et rien d’autre, il raconte le sentiment de vacuité qui l'envahit alors qu’il vient d’obtenir une ceinture mondiale : "Le jour de mon couronnement, j'ai eu le sentiment d'être une âme perdue, privée de son guide spirituel. Je n'avais plus Cus." La vodka et les femmes n’y feront rien : la célébration est gâchée, et sa vie bouleversée.

• Mike Tyson vs Michael Spinks (1988) : la foudre s’abat en 91 secondes

Sans doute le combat qui représente le plus le sentiment de crainte que véhiculait Tyson à son sommet. En 91 secondes, il humilie Michael Spinks, qui n'était alors jamais allé au tapis en plus de 30 combats (31-0). "Dès que j'ai vu Spinks sur le ring, j'ai su qu'il n'avait aucune chance. Il a fui mon regard pendant les instructions", raconte Tyson dans son autobiographie. 

Dès le gong, "Jinx" frappe sur le reculoir, recule de peur de déchaîner la bête. Tyson le sent, grossière erreur. "Je ne sentais même pas ses coups. Au bout d'une minute, je l'ai allongé d'une droite au corps", continue le Kid Dynamite, qui s’est engouffré dans la peur visible de son adversaire. "Je savais que le combat était terminé parce que toute la semaine, j'avais laminé mes sparring-partners de coups bien plus puissants que celui qui venait de faire flancher Spinks." En une minute trente de combat, Tyson l'arrogant conserve ses ceintures IBF, WBA et WBC des lourds. Et fait parcourir un frisson d’angoisse à tous ses potentiels adversaires.

• Mike Tyson vs Buster Douglas (1990) : stupeur à Tokyo

C’est encore aujourd’hui un des plus grands séismes de l’histoire de la boxe. En 1990, Mike Tyson est à son apogée : il ridiculise tous ses adversaires, et vise Evander Holyfield, son challenger numéro 1, à la fin de l’année 1990. A Tokyo, Iron Mike multiplie les déclarations fracassantes en marge de ce combat considéré par tous comme un échauffement avant Holyfield. "Je ne voulais pas me battre. Tout ce qui m'intéressait, c’était la fiesta et les filles", se remémore Tyson dans son autobiographie.

En face, James "Buster" Douglas n’a rien à perdre car il est un homme meurtri : sa femme l'a quitté et il vient de perdre sa mère. Sur son lit de mort, sa génitrice lui a saisi la main en lui demandant comment cela irait (face à Tyson). Il lui a répondu par la positive, créant de fait instantanément une promesse à honorer par la suite à sa défunte mère. A 40 contre 1, Douglas joue crânement sa chance face à un homme que les démons des excès grappillent de plus en plus. "Je ne savais rien de cette histoire à ce moment-là et je m'en foutais. HBO faisait toute une histoire à propos de Douglas qui se battait pour sa mère, mais j'étais tellement arrogant que j'aurais été capable de lui dire qu'il allait bientôt la rejoindre", explique Tyson dans son autobiographie.

Le massacre attendu n’a pas lieu : au bout de plusieurs reprises, Don King, le promoteur du champion, envisage déjà une revanche tant l’adversité est inattendue. Dans le clan Tyson, l’incompréhension se mêle à l’excès de confiance : alors que l’oeil gauche de Mike commence à gonfler dangereusement, les soigneurs constatent qu’ils n’ont pas le bon ustensile pour le faire dégonfler. Plusieurs témoins affirmeront ensuite que la poche de glace utilisée n’est pas insérée dans un gant mais dans… un préservatif.

Pourtant, c’est bien Douglas qui va au tapis à la toute fin de la 8e reprise sur un énorme uppercut. Le boxeur se relève plus qu'à la limite du compteur des 10 secondes mais le combat peut continuer. Dans la 10e reprise, comme habité par une rage, il assène Tyson de coups. Iron Mike tombe, cherche avec peine son protège-dent, et se relève… juste trop tard. Buster Douglas vient de réaliser l’impensable : il a fait tomber celui que personne ne voyait tomber, surtout pas contre lui. Le clan Tyson s’empresse de faire invalider le combat, estimant que Douglas s’est relevé trop tard à la 8e reprise. Mais le challenger finit par avoir raison, adoubé par Mike "himself".

• Mike Tyson vs Evander Holyfield II (1997) : l’oreille cassée

Toute la carrière de Mike Tyson est résumée là-dedans. Pour le grand public, Iron Mike restera celui qui a arraché deux bouts d’oreille à Evander Holyfield un soir de juin 1997. Mais que s’est-il réellement passé au MGM Grand de Las Vegas ce soir-là ? Ce combat est d’abord celui d’une revanche, après le combat tant attendu en 1996 remporté par Holyfield pour une troisième ceinture WBA, autant que Mohammed Ali. Cette revanche sent donc le soufre, et Tyson va s’en charger d’en faire une joute tristement légendaire. 

Frustré par la boxe de Holyfield, qui casse le rythme, met sa tête en opposition et ne frappe que par à-coups, Tyson dérape. A la troisième reprise, exaspéré, il croque l’oreille droite d'Holyfield. L’arbitre stoppe le combat et assène deux points de pénalité à Tyson, mais le combat reprend. Tyson est furieux, se déchaîne et croque quelques secondes plus tard l’oreille gauche, à son tour ensanglantée. Cette fois, c’en est trop, l’arbitre donne la victoire à Holyfield. "Je l’ai mordu parce que je voulais le tuer", expliquait Tyson à Fox News le 18 novembre dernier. "J’étais vraiment fâché de me faire cogner la tête. J’ai vraiment perdu mes moyens et je n’étais plus moi-même. Ça m’a sorti de mon plan de combat."

Défait, Tyson n’en démord pas : il cherche à en découdre avec The Real Deal, allant même jusqu’à molester les policiers alors sur son passage sur le ring. "C’est un fiasco sur le ring ! C’est le spectacle le plus incroyable que j’ai jamais vu. Le premier combat était magnifique, celui-ci est un désastre", se désespèrent alors les hommes au micro. Grandeur puis décadence, Tyson ne sait plus gagner à la régulière, empêtré dans un extra-sportif judiciaire qui va précipiter sa chute.

• Mike Tyson vs Danny Williams (2004) : entorse et décadence

Ce n’est pas le dernier combat de Mike Tyson, puisqu’il conclura piteusement sa carrière face à l’inconnu Kevin McBride au combat suivant. Mais face à Danny Williams (31-3 dont 26 K.O), Mike Tyson accuse déjà le poids des années. A 38 ans, cette défaite - la 5e de sa carrière - le propulse vers une fin déjà annoncée puisqu’il avait subi sa quatrième seulement deux combats plus tôt, dans un come-back raté face à Lennox Lewis en 2002. 

A 30 secondes de la fin de la première reprise, Tyson assène un coup aux côtes à Williams puis fait un geste de recul, se touche brièvement la jambe gauche. Iron Mike le sait, quelque chose a lâché mais il ne peut montrer un signe de douleur, pas aussi tôt dans le combat. A la quatrième reprise, il tombe et reste interdit, le bras suspendu sur la corde, le regard absent. Lui qui s’était annoncé en faillite l’année précédente fait encore un peu plus vaciller son aura déclinante. "Mike Tyson était déjà vieux, et je suis assez embarrassé d’avoir battu un si grand boxeur. Je dis toujours aux gens que si j’avais combattu Tyson à son sommet, je n’aurais pas tenu un round", racontait Williams avec humilité. "Comme tout le monde, je pense qu’il était invincible à son apogée. Nous ne l’avions jamais vu saigner du nez, je pensais qu’il était fait de métal." 

Gêné pour se mouvoir, Tyson n’a pourtant pas été si loin de l’emporter, mais son âge l’a à nouveau trahi. Williams le savait, a laissé passer l’orage, le laissant aller à un épuisement difficilement compatible avec sa quarantaine approchante. "Sa frappe est inimaginable, je ne peux même pas l’expliquer. C’est la rapidité et la précision. Tu ne vois même pas les coups arriver.", se souvient-il. Quatre jours plus tard, Tyson subira une intervention chirurgicale du genou, après être resté debout trois reprises avec un ligament déchiré.

Boxe