Mohamed Ali George Foreman  Kinshasa
Mohamed Ali et George Foreman s'affrontent le 30 octobre 1974 à Kinshasa dans le plus célèbre combat de l'histoire de la boxe | AFP

Avant Pacquiao-Mayweather, les autres "combats du siècle"

Publié le , modifié le

Le choc entre le Philippin Manny Pacquiao et l'Américain Floyd Mayweather pour les titres WBC, WBA et WBO des welters samedi à Las Vegas n'est pas le premier "combat du siècle". Retour sur les plus grandes affiches qui ont marqué l'histoire de la boxe, de par leur intensité ou leur dramaturgie.

Joe Louis (USA) - Max Schmeling (ALL), 22 juin 1938 à New York: Deux ans  après la victoire de Schmeling qui avait infligé à Louis sa première défaite,  la revanche se déroule dans un contexte géopolitique exacerbé. Louis est reçu  avant le combat à la Maison-Blanche par le président américain Franklin D.  Roosevelt: "Joe, nous avons besoin de tes muscles pour battre l'Allemagne", lui  lance-t-il. Le "bombardier noir" terrasse en 124 secondes Schmeling,  sportif-vedette du régime nazi.
   
Marcel Cerdan (FRA) - Jake LaMotta (USA), le 16 juin 1949 à Détroit:  Cerdan remet en jeu son titre mondial des poids moyens contre le "Taureau du  Bronx", mais se luxe l'épaule gauche dès la 2e reprise. Ignorant la douleur, il  poursuit le combat avant de se résigner à abandonner au 9e round. Une revanche  est fixée au 2 décembre, mais elle n'aura jamais lieu. Cerdan trouve la mort à  33 ans, le 29 octobre dans un accident d'avion dans l'archipel des Açores.

Jake LaMotta (USA) - Ray Sugar Robinson (USA), le 14 février 1951 à Chicago: La rivalité entre le "Taureau du Bronx", boxeur au style limité mais à la force dévastatrice et celui qui est considéré par les puristes comme le plus grand pugiliste de tous les temps (devant Ali en personne) a marqué l'histoire de ce sport. Les deux hommes se sont rencontrés à six reprises et si Robinson l'a emporté à cinq reprises, leur affrontement fut toujours d'une brutalité sans équivalent. Jack LaMotta déclarera à la fin de sa carrière qu'il avait affronté si souvent "Sugar" ("Sucre") qu'il en avait presque eu du diabète... Ce dernier combat entre les deux hommes tourne à l'avantage de Robinson qui, à partir de la 10e reprise, fait pleuvoir une pluie de coups sur La Motta, finalement arrêté par l'arbitre à la 13e reprise de ce match que la presse appellera "Le Massacre de la Saint-Valentin".

Jake LaMotta encaisse une droite de Ray Sugar Robinson
Jake LaMotta encaisse une droite de Ray Sugar Robinson

   
Mohamed Ali (USA) - Joe Frazier (USA), 8 mars 1971 à New York: Le premier  "combat du siècle" de l'histoire, le seul et l'unique selon les puristes. Il a  pour cadre le Madison Square Garden devant un parterre de stars, Frank Sinatra,  Woody Allen ou Norman Mailer. Ali et Frazier sont tous les deux invaincus. Le  premier, qui a refusé de participer à la guerre du Vietman, est le symbole de  la contestation politique, le second devient la figure de proue des  conservateurs et des pro-guerre du Vietnam. Frazier s'impose à l'unanimité aux  points au terme de quinze reprises brutales et intenses.
   
Mohamed Ali (USA) - George Foreman (USA), le 30 octobre 1974 à Kinshasa:  Le "Rumble in the jungle" ("Bagarre dans la jungle", surnom du duel) est  souvent présenté comme LE combat avec son cadre et contexte uniques, sa  flamboyance et sa dramaturgie. Ali récupère le titre de champion du monde des  lourds en battant son compatriote par KO au 8e round. L'Américain converti à  l'islam a conquis le coeur des Africains et a écrit l'une des plus belles pages  de sa légende.
   
Mohamed Ali (USA) - Joe Frazier (USA), le 1er octobre 1975 à Manille: Le  3e et dernier épisode d'une incroyable trilogie. Après deux affrontements  (Frazier vainqueur en 1971, Ali en 1974), la belle donne l'un des combats les  plus épiques de l'histoire. A la fin du 14e round, Ali veut abandonner, mais  son homme de coin l'ignore. A la fin de la pause, l'entraîneur de Frazier  décide d'arrêter son boxeur qui avait les deux yeux pratiquement fermés. Ali déclarera plus tard que ce combat avait été l'expérience la plus proche de la  mort qu'il ait faite.

Joe Frazier fait face à Mohamed Ali
Joe Frazier fait face à Mohamed Ali

Thomas Hearns (USA) - Marvin Hagler (USA), le 15 avril 1985 à Las Vegas : Un combat qui vaut surtout pour son incroyable premier round, presque unanimement considéré comme le plus beau de tous les temps. Pendant cette première reprise, "The Hitman" et ses longs directs affrontent Marvin Marvelous" et ses crochets surpuissants. L'opposition de style est totale, les défenses explosent, les deux hommes se rendent coup pour coup sans vouloir céder un pouce de terrain. Ce n'est plus de la boxe, c'est un combat de rue d'une sauvagerie insensée. Finalement Hagler viendra à bout de Hearns au 3e round d'un combat qui n'avait jamais aussi bien porté son nom : "The War".
   
Marvin Hagler (USA) - Sugar Ray Leonard (USA), le 6 avril 1987 à Las  Vegas. Entre 1980 et 1987, Hagler est le meilleur poids moyen du monde. Mais le  monde de la boxe lui reproche son manque de panache et estime que seul un  combat contre Leonard, retraité depuis six ans, pourrait donner du lustre à son  palmarès. "Sugar" tournoie autour d'Hagler qui n'arrive pas à le toucher. Une  décision controversée permettra à Leonard d'empocher le titre WBC des moyens et  d'envoyer Hagler à la retraite à 33 ans.

Ray Sugar Leonard
Ray Sugar Leonard

   
Mike Tyson (USA) - Evander Holyfield (USA), le 28 juin 1997 à Las Vegas.  L'un des combats les plus célèbres de l'histoire pour le coup de folie d'"Iron  Mike" qui, lors de la 3e reprise, arrache un bout d'oreille de son adversaire.  Après de longues minutes de délibération, le combat reprend avec deux points de  pénalité pour Tyson. Il mord une nouvelle fois son adversaire: il est cette  fois disqualifié et écopera d'une amende de trois millions de dollars.

Evander Holyfield et Mike Tyson
Evander Holyfield et Mike Tyson

   
Floyd Mayweather (USA) - Oscar de la Hoya (USA), le 5 mai 2007 à Las  Vegas. De La Hoya, le "Golden Boy" de la boxe américaine, s'incline aux points  (115-113, 116-112, 115-113) face à Mayweather pour le titre WBC des  super-welters. Le combat générera des recettes de 130 millions de dollars.

Julien Lamotte