André Martin, une élection polémique à la tête de la Fédé française de boxe

Publié le , modifié le

André Martin, soutenu par Brahim Asloum, a été élu samedi président de la Fédération française de boxe, sur fond d'imbroglio après la suspension par l'Association internationale amateur (AIBA) de son adversaire, le président sortant Humbert Furgoni.

André Martin, actuel vice-président de la FFB et président de la Commission  nationale de boxe amateur âgé de 74 ans, a été élu avec 207 voix (54,75%)  contre 171 voix pour Furgoni (44,24%), a indiqué la FFB. "C'est pas contre Furgoni mais il faut nouvel élan et une bouffée  d'oxygène. La première chose que je vais demander, c'est des états généraux de  la boxe", a réagi le champion olympique et du monde Brahim Asloum, qui figure  en deuxième position sur la liste d'André Martin.

"Je suis très déçu. J'ai été victime d'une campagne médiatique assez forte.  Je dirais au niveau des poubelles. Le dernier coup de l'AIBA a dû faire peur",  a pour sa part réagi Humbert Furgoni, 61 ans. En poste depuis 2002, M. Furgoni a été suspendu de toute activité dans la  boxe amateur pendant 18 mois. Cette suspension lui a été notifiée dans un  courrier, daté du 6 février, adressé par l'AIBA à la FFB et dont l'AFP a obtenu  copie. L'AIBA reproche au président français une "violation du code disciplinaire  de l'AIBA" lors d'une interview à France 2, dans laquelle Humbert Furgoni avait  déclaré, dans une séquence filmée en caméra cachée, que "la France n'a pas eu  de médaille olympique (à Londres, ndlr), car elle n'est pas assez riche pour  avoir une influence internationale importante."

Jerome Carrere