Bousquet et Manaudou
Les Marseillais Florent Manaudou et Frédérick Bousquet | AFP - JAVIER SORIANO

Bousquet-Manaudou, pour le meilleur sur 50 libre

Publié le , modifié le

Amis dans la vie, compagnons d'entraînement à Marseille, Frédérick Bousquet et Florent Manaudou ont traversé ces Mondiaux de Barcelone unis. Hormis les séries du 50m papillon et la finale du relais 4x100m nage libre, les deux nageurs ont toujours été placés dans les mêmes courses en Catalogne. Et après la finale du 50m papillon, où Bousquet a pris le bronze, ils seront ensemble pour celle du 50 nage libre. Avec des ambitions partagées.

Inséparables. Les neuf années qui les séparent ne pèsent pas lourd face à leur cordiale entente. Florent Manaudou et Frédérick Bousquet ne se quittent plus. Depuis le début de ces Mondiaux, ils font tout ensemble. "Mis à part les séries du 50 pap, tout le reste on l’a fait ensemble. Les demies, et la finale maintenant", rappelle avec plaisir l'aîné. Et lorsque Florent participait au relais 4x100m nage libre, Frédérick était dans les tribunes, pour soutenir cette équipe dont il faisait partie encore il y a peu de temps. Dans l'hôtel où réside l'équipe de France, ils font chambre commune. "Ils ont une histoire commune, personnelle", reconnaît Lionel Horte, le Directeur technique national. "La distance les rassemble, ils ont beaucoup d'affinités en dehors du bassin. Même si l'un est plus âgé que l'autre, il a probablement participé à l'éclosion du plus jeune. Il le pilote, et dans une finale cela peut être important. Beaucoup se joue avant la course et notamment dans la chambre d'appel."

Toujours placés dans les mêmes courses, les deux sprinteurs passent leur temps à s'encourager, se motiver, s'entraider. Avant la finale du 50 papillon, Bousquet avait tenté d'apporter son expérience à son benjamin. "Malgré tous les efforts qu'on a pu faire avec 'Flo', de rester détendus, relâchés, on se crispe un peu. C'est normal, c'est une finale", expliquait-il après avoir pris le bronze. Ce vécu fera peut-être la différence ce soir lors de la finale du 50 nage libre, pour un Florent Manaudou qui a beaucoup impressionné en séries et en demi-finales, réalisant le meilleur temps à chaque fois. "Ca me fait trop plaisir qu’il parvienne à nager en 21"3, parce que beaucoup de gens avaient dit que c’était un coup d’éclat à Londres, et qu’il stagnait à 21"6 et 21"7. Mais ces temps là, en pleine saison, c’est irréel. Et je pense qu’en finale il peut aller encore plus vite." 

Six candidats au podium

Entre eux, ce n'est pas un concours d'amabilité. Tout est sincère, et si dans l'eau, chacun essaye d'être le meilleur, chacun souhaite aussi le meilleur à l'autre: "J’espère gagner bien sûr, mais j’espère faire un podium avec Fred", annonce le champion olympique de la discipline. Quoi qu'il se passe en finale, chacun scrutera le résultat de l'autre. Sur 50 papillon, Frédérick Bousquet s'était fait peur en séries, avant de prendre le bronze. II a de nouveau franchi les séries sans marge sur 50 nage libre, alors que Florent Manaudou faisait le meilleur temps, en séries comme en demies. "Et malgré ça, ils sont sous la pression de quatre autres nageurs qui peuvent aussi prétendre au podium", souligne Lionel Horter. "Le mot d’ordre, c’est le relâchement, la décontraction", confie le benjamin des deux. "Il faut être confiant, confiant en moi-même. Je sais ce que je vaux, mais je ne peux pas maîtriser la course des autres. Je ferai mon boulot et on verra ce que ça donnera à la fin."

Vidéo: La qualification de Manaudou et Bousquet