Frédérick Bousquet Shanghai
Frédérick Bousquet interloqué par son élimination sur 50 m | AFP - FRANCOIS XAVIER MARIT

Bousquet KO, Bernard OK

Publié le , modifié le

Frédérick Bousquet est éliminé dès les séries du 50 m nage libre, contrairement à son compatriote Alain Bernard qualifié pour les demi-finales de vendredi. Le relais masculin français se hisse en finale du 4x200m nage libre qui aura lieu aujourd'hui à 14h. Chez les filles, Mélanie Hénique s'est qualifiée pour les demi-finales du 50m papillon. Idem pour Alexiane Castel sur 200m dos.

"Une claque"

Même le Brésilien Cesar Cielo n'en est pas revenu: "Quoi ? Bousquet est éliminé ?". Oui, le Français Frédérick Bousquet, son ancien partenaire d'entraînement aux Etats-Unis, est passé à la trappe dès les séries, ne réalisant que le 22e temps de tous les nageurs engagés (22"38). Le vice-champion du monde en titre.  quatrième lundi sur 50m papillon, en avait pourtant fait son objectif principal. La déception n'en est que plus grande. "C'est une grosse désillusion (...) Je fais une erreur et je la paie cash", a déclaré Bousquet, qui a reconnu avoir abordé la course avec un trop-plein de confiance. "Je vois que la première série rapide ne nage pas très vite et, du coup, je me relâche avant la course. Le but, c'était de faire la course sans s'engager. Je suis parti trop relâché sur le plot et je reste trop longtemps sous l'eau plutôt que de ressortir et d'attaquer", a-t-il expliqué.

Le Français continue son analyse de la course. "Je reste enfoncé après la reprise de nage et je me dis: "C'est pas grave, ma force c'est le deuxième 25 et je vais les passer.'" En me disant ça, je ne mets pas un effort supplémentaire et ça ne peut pas passer, c'est sûr." Son analyse, juste et sans concession, l'interpelle lui-même: "Après coup, je me dis: "comment t'as fait pour penser ça?". Ça veut dire que même à 30 ans, on continue d'apprendre et on continue de prendre des claques. Ce n'est pas la première et ce ne sera sûrement pas la dernière (...) Il faut que ça me serve pour être plus fort l'année prochaine."

Les autres assurent

Sans être impérial, Bernard a signé le dixième temps en 22"19, se préservant pour les demies. Blanchi après un contrôlé positif à un diurétique, Cielo, champion du monde en titre, a réalisé le meilleur temps des séries en 22"03.

Hénique, 18 ans, a signé le huitième temps des séries en 26"37 en portant pendant sa course le bonnet avec lequel Jérémy Stravius,  son camarade de club à Amiens, est devenu champion du monde du 100 m dos. "C'est un petit coucou à Jéjé. Après son titre, il pourrait me porter  chance. C'est aussi une façon de lui dire que je nage un peu pour lui", a  déclaré Hénique, 18 ans, très proche de Stravius qu'elle considère comme un  frère. Il faudra que la médaille de bronze aux derniers championnat d'Europe nage plus vite en demie.

Castel, championne du monde de la distance en petit bassin en décembre à Dubai, a signé le onzième temps des séries en 2 minutes 10 secondes et 38 centièmes. Le meilleur temps des séries a été réalisé par la jeune Américaine de 16 ans Melissa Franklin en 2'08"50. "Je suis venue pour prendre étape après étape", a souligné Castel. "Je fais du mieux que je peux. Je me suis arrêtée deux mois l'an dernier. J'ai mis quatre mois à retrouver mon niveau. J'ai eu un peu moins de préparation que les autres. Ici la donne est changée, ce ne sont pas les mêmes qu'à Dubaï. C'est un autre niveau."

Une chance de médaille pour le relais 4x200

Le relais français, composé de Jérémy Stravius, Grégory Mallet, Sébastien Rouault et Yannick Agnel dans cet ordre, a signé le troisième temps des séries en 7 minutes 11 secondes et 60 centièmes. Le meilleur temps des séries a été réalisé par les Américains en 7'08"84. Si ces derniers, renforcés en finale par Ryan Lochte et Michael Phelps, champion du monde et vice-champion du monde du 200m, sont intouchables, la lutte est ouverte derrière pour une place sur le podium. La France sera en concurrence avec le Japon, l'Australie, l'Italie, la Chine, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Le relais français, lui, devrait être composé des quatre mêmes nageurs à moins que Fabien Gilot, cinquième jeudi de la finale du 100m nage libre, ne soit intégré.

Pour Yannick Agnel, finaliste lui sur 200m et 400m, "l'objectif est réussi, plutôt bien réussi". "Maintenant, il y a pas mal de pays qui cachent leur jeu. En finale, tout est possible mais on va bien s'amuser je pense", a dit le Niçois, auteur du meilleur temps des séries en 1'46"52. Alors qu'il répond aux questions en zone mixte, Jérémy Stravius (1'47"49 au départ), tout frais champion du monde du 100m dos, découvre sur un écran de contrôle les temps de la dernière série et le classement général. "Troisième, c'est bien. On va être bien placés à côté des Américains. On va prendre un petit peu de vagues", sourit-il. "Ça promet de belles choses. On va faire le maximum pour aller chercher la meilleure place et le meilleur temps." En espérant une septième médaille.

Mathieu Baratas