Maxime Bouet (AG2R-LA Mondiale) portrait interview TDF 2010
Maxime Bouet a de nouveau été aux avants-postes lors de la 10e étape | Florent Brard

Bouet : "Une double raison d'être devant"

Publié le , modifié le

Rhône-Alpin d'origine et domicilié dans les Hautes-Alpes, Maximes Bouet (AG2R-LA Mondiale) avait à coeur de montrer le maillot, mercredi, lors de la 10e étape entre Chambéry et Gap. Après avoir été, aux côtés de Pierre Rolland (BBOX), un des animateurs de la journée, il s'est adjugé une encourageante 6e place. De quoi laisser présager de belles choses dans les Pyrénées.

Vous terminez sixième de cette 10e étape. C’est une belle satisfaction ?

"Je suis assez content de ma journée. Je partais de ma région natale pour arriver dans ma région de résidence. C’était une double raison pour moi d’être devant aujourd’hui. Avec Pierre Rolland, on a tenté un bon coup en sortant du peloton à contretemps mais ces efforts (NDLR: remonter deux minutes à deux) m’ont coûté cher dans le final. Je n’étais pas très bien dans le col du Noyer donc j’ai dit à l’échappée que je ne les attaquerai pas et je me suis mis derrière."

Vous avez beaucoup souffert ?

"Vous savez la souffrance … J’ai perdu ma mère en début d’année et je pense que de là-haut, elle m’a vu aujourd'hui."

Les conditions étaient plutôt dures en raison du vent ?

"C’était impressionnant ! Toutes les parties où on pouvait récupérer, on a eu un gros vent de face. Ca ne nous a vraiment pas aidé. C’est dommage pour la victoire et je suis un peu désolé pour l’équipe."

On sent néanmoins que vous avez bien récupéré d'une première semaine plutôt difficile.

"J’ai chuté lourdement dans l’étape des pavés et j’ai mis une semaine à m’en remettre mais depuis deux, trois jours ça va de mieux en mieux."

Votre directeur sportif, Vincent Lavenu, vous a mis la pression ?

"Quand quatre coureurs se sont échappés et qu’il n’y avait aucun coureur d’AG2R-La Mondiale dans le coup, à l’oreillette ça n’a pas été la grande rigolade. J’ai réussi à relancer un coup avec Pierre Rolland, tant mieux pour moi. Par contre, on a mis beaucoup de temps à revenir sur l’échappée et c’est ce qui nous a coûté le final."

Vous espérez pouvoir réattaquer dans les prochains jours ?

"Bien sûr ! L’objectif reste le même : essayer de remporter uneétape. Je ne tenterai sans doute pas le coup demain car ce sera uneétape réservée aux sprinteurs. Mais j’attends les étapes des Pyrénéesde pied ferme pour refaire comme aujourd’hui."

Isabelle Trancoën