Bouet Gutierrez TDF 2011 échappée 3e étape
Maxime Bouet (AG2R-La Mondiale) échappé lors de la 3e étape du Tour de France | JOEL SAGET / AFP

Bouet plus combatif que jamais

Publié le , modifié le

La montagne, très peu pour lui. Avec ses qualités de rouleur, Maxime Bouet s’est donné comme objectif de rouler devant dans la plaine.

Un peu court au passage du Gois samedi, le coureur d’AG2R-La Mondiale a cette fois pris le bon wagon. « C’est plus fort que moi, reconnaît-il. Vincent Lavenu voulait qu’on se glisse dans une échappée dans cette première semaine de Tour. Déjà samedi, j’étais bien placé au kilomètre zéro mais je n’ai pas réussi à y aller. Je n’ai pas pu me retenir plus de trois jours. »

En effet, moins de trois jours plus tard, il remettait du cœur à l’ouvrage dès le lâché des fauves. A cinq éléments, cette échappée pouvait mettre tranquillement le nez à la fenêtre sans réel espoirs de victoire. Il ne fallait quand même pas rêver face aux équipes de sprinteur affamées. « C’était une très belle échappée avec de beaux rouleurs, confirmait Bouet, aux premières loges. Ça s’est vu quand on a repris une minute alors que le peloton roulait fort derrière. Quand on est avec Terpstra (Quick Step), Delage (FDJ), Gutierrez (Movistar), ça fait un bon groupe… »

L’espoir n’a pas été très long après une dernière relance sur le pont de St-Nazaire. « On s’est dit qu’il fallait relancer là car il y avait un grand coup de vent de côté pendant dix kilomètres et ça pouvait faire un coup de bordure. » La bordure a bien eu lieu pendant quelques kilomètres mais elle n’aidait en rien les échappées. A défaut de penser à la victoire d’étape, il y avait la possibilité de prendre le maillot à pois sur ce même pont de St-Nazaire.

« J’avais l’idée de passer en tête au sommet pour le Grand Prix de la montagne. Après le panneau 1 km, je n’ai plus vu de panneau et j’ai pris la roue de Mickaël Delage. Quand il a lancé, j’ai pensé que c’était trop tôt. » En fait, c’était déjà trop tard. « Je ne suis pas trop déçu même si c’était une occasion de porter un maillot distinctif un jour sur une étape du Tour. Je recommencerais. Je suis heureux d’avoir montré le maillot aujourd’hui. Objectif super-combatif toujours d’actualité et je pense l’avoir montré. »