Pierre-Ambroise Bosse
Pierre-Ambroise Bosse (en tête du peloton) | AFP - Kirill Kudryatsev

Bosse veut sortir le grand jeu

Publié le , modifié le

Demi-finaliste à Londres, Pierre-Ambroise Bosse n'a cessé de progresser, durant cette saison particulièrement. Il est arrivé à Moscou avec le cinquième temps mondial de référence de l'année, et plusieurs résultats probants en Ligue de Diamant. Il s'était fixé pour objectif d'entrer en finale en comptant sur sa forme actuelle et surtout sur son culot. A cela, s'ajoute désormais une expérience du haut niveau. Ce soir, en finale du 800 m, il espère, pourquoi pas, une belle surprise.

"Je ne cache pas que je voulais au moins franchir un palier, me hisser en finale du grand championnat. J'y suis arrivé avec un peu de réussite, mais cela aussi fait partie de la course. D'ailleurs, c'est aussi une preuve que j'ai mûri et pris de l'assurance. Je sais désormais m'adapter à tous les scénarios et c'est ce qui m'a sauvé en demi-finale où j'ai failli être piégé par un faux rythme, d'autant que j'ai été en surrégime toute la course". Pierre-Ambroise Bosse est conscient que sa place en finale n'était pas forcément acquise. Mais il est allé la chercher avec ses armes. 

"Je suis déterminé"

Pierre-Ambroise Bosse est assez atypique dans un athlétisme très encadré, par son caractère et quelquefois une sorte de faux détachement pour contrecarrer une anxiété qui l'a longtemps desservi. Même si aujourd'hui il avoue s'être professionnalisé tout en ayant gardé son "état d'esprit, sans complexe". Toutefois, un championnat de ce type, il ne l'aborde pas comme n'importe quelle compétition car il sait qu'il porte les espoirs d'une équipe nationale: "Avec le maillot de l'équipe de France, on ressent plus de pression que d’habitude. C’est aussi une ambiance différente autour de la course. C’est plus chaleureux. Je ne suis pas quelqu’un qui ne pense pas qu’à sa prune. J’aime le collectif. Les vidéos sur l’esprit de groupe me hérissent les poils à chaque fois."

Si près du but, il ne veut rien lâcher. "Je suis déterminé, prêt physiquement et mentalement à affronter tous ces mecs qui vont essayer de me battre. Je me sens très en forme. Je pense à ces Mondiaux depuis un an. Maintenant, avec cette finale le contrat est rempli. Tout le reste, c'est un plus. Je ne figure pas bien sûr parmi les favoris. Mais il n'y a pas Rudisha, donc ça ne risque pas de passer en 49 secondes à mi-course. Il y a huit prétendants à la médaille et je ne veux pas y aller pour faire huitième, je vais courir à l’instinct."

Vidéo: la course de Bosse en demi-finale

 

 

 

Christian Grégoire