William Bonnet (FDJ.fr)
William Bonnet (FDJ.fr) | Marcel Sanel

Bonnet et Dumoulin juste derrière les stars du sprint

Publié le , modifié le

William Bonnet (FDJ.fr) et Samuel Dumoulin (AG2R-La Mondiale) ont terminé respectivement 5e et 7e de cette étape bretonne entre Saint-Gildas-des-Bois et Saint-Malo. Dans le sillage de Kittel, Greipel et Cavendish, les ténors de la discipline. Ils expriment leur satisfaction à l’entame de la seconde moitié du Tour.

Habituellement poisson-pilote pour Arnaud Démare (absent sur ce Tour) ou Nacer Bouhani (qui a abandonné), William Bonnet avait cette fois carte blanche pour tenter sa chance. A 31 ans, le coureur de la FDJ.fr vit sa 9e saison pro. Il ne s’attendait pas forcément à une telle place lors d’une arrivée massive où tous les meilleurs étaient présents : « C’est une belle performance », a-t-il confié. « Il n y a plus Nacer dans l’équipe pour les sprints. Je me sentais prêt. Il fallait quelqu’un pour l’équipe. La journée de repos m’a fait du bien. J’y suis allé. D’habitude, je suis le poisson pilote. Je me suis fait plaisir. J’ai retrouvé des sensations. Je n’ai pas de regrets. Il reste encore deux, trois étapes pour conclure ».

Bonnet: "Je retenterai ma chance"

Et de poursuivre : « C’est un nouveau Tour qui démarre. On va essayer d’effacer la première semaine. Oublier nos petites erreurs. Se remettre dans la course. Repartir de l’avant. Faire sourire les gars. Une place de 5, cela va faire un peu d’argent dans nos caisses. Cela fait du bien au moral. Je retenterai ma chance dans les prochains jours ».

Samuel Dumoulin, de son côté, regrettait un peu le profil des ultimes kilomètres avant la cité corsaire : « C’est un résultat correct. Ce ne sont pas des arrivées qui m’avantagent, 20 km dans le dos, lancé très rapidement. Vu mon gabarit, ce n’est pas évident pour moi. J’étais un peu derrière les favoris. C’est difficile de se placer. Il y a au moins une vingtaine de sprinteurs qui cherchent à gagner. Ensuite il y a les équipiers qui les emmènent. On est au moins 40 ou 50 à se battre ».

Dumoulin: "J'ai eu très peur"

Et de raconter son effort : «  Aux 400 m, j’ai vu que j’étais un peu enfermé. Il y avait vent de dos donc j’ai lancé mon sprint pour me retrouver à côté des meilleurs. Il y a eu cette chute. Jai eu très peur de me retrouver à terre. J’ai évité le vélo de justesse et les coureurs ont un peu relâché leur effort ensuite. On a fini comme ça les uns derrière les autres mais c’est vrai que la ligne n’était pas très bien placée, après ce virage sur la partie pavée. Ce n’était pas très facile de manœuvrer », a expliqué le sprinteur des AG2R.

« Maintenant, j’arrive à me placer sur chaque sprint massif », a-t-il ajouté. « C’est plutôt une bonne chose d’autant que toute l’équipe a fourni un très gros travail pendant toute l’étape, et surtout à l’approche des derniers changements de direction. Seb Minard et Christophe Riblon ont vraiment pris beaucoup de vent pour m’abriter. On a prouvé qu’on était à la hauteur des meilleures équipes du monde ». Avant de conclure, motivé : « Il me manque probablement une arrivée un peu plus à ma convenance, mais je suis toujours en confiance. Je pense qu’il y aura des meilleurs sprints pour moi mais je ne suis pas tombé, mes coéquipiers vont bien, donc pour le moment c’est un bon Tour de France pour AG2R-La Mondiale ».

 

Vidéo: le Tour des Français

Voir la video