Djokovic ne lâche rien
Djokovic ne lâche rien pour gagner son premier titre à Roland-Garros | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Bon vent Djokovic !

Publié le , modifié le

On attendait un sommet comme en 2011. Le duel entre Novak Djokovic et Roger Federer a finalement tourné court. Plus à l'aise dans la tornade et plus solide que le Suisse, le Serbe n'a pas laissé passer l'occasion d'accéder à sa première finale à Roland-Garros en s'imposant 6-4, 7-5, 6-3. Le N.1 mondial n'est plus qu'à un match du Grand Chelem. Mais il faudra battre Rafael Nadal, encore impressionnant face à David Ferrer (6-2, 6-2, 6-1).

Il y a un an, Novak Djokovic et Roger Federer avait produit l'un des plus beaux moments de tennis de l'histoire. Un sommet qui avait alléché tous les fans Porte d'Auteuil. Après la démonstration de Nadal contre Ferrer, le public en voulait pour son argent... Retardée par une averse alors que les joueurs venaient d'achever leur échauffement, la partie n'a que rarement atteint les sommets. La faute à un vent capricieux qui a perturbé le jeu des orfèvres du circuit. Maître horloger, Roger Federer n'a pas réussi à s'adapter aux conditions comme le Serbe. Le Suisse avait pourtant réussi le premier break du match à 3-2 en dictant son rythme et en variant comme il sait le faire. La clé du match résidait toutefois dans le service. En dessous des 65% de premières balles, le N.3 mondial risquait de s'exposer aux énormes relances de "Nole". Federer n'allait jamais dépasser le 56 %... Grâce à des retours incroyables, le Serbe revenait dans le set et produisait son effort à 5-4. Sous la pression, Federer reculait jusqu'à céder son jeu et la première manche (6-4). A voir l'application du N.1 mondial, c'était déjà une réponse à Rafael Nadal.

Indestructible Djokovic

Mais le Serbe s'est aussi montré très solide. Indestructible comme face à Andreas Seppi ou Jo-Wilfried Tsonga. Dans le deuxième set, Federer avait beau avoir deux break d'avance (3-0), les balles sont revenues plus fortes, plus longues, plus précises. "Djoko" a su faire le dos rond quand le Suisse jouait son meilleur tennis. Le Chatrier s'était régalé sur quelques points mais l'éclipse du grand "Roger" avait déjà commencé. Sous un vent de plus en plus violent, les erreurs se multipliaient. Beaucoup plus dans la raquette helvète. Inexorablement, Djokovic ratissait les points et recollait à 4-4. Comme on le préssentait, Federer n'allait pas résister à cette volonté sans faille du Serbe. A 6-5, le N.1 mondial poussait encore plus fort. Et le Suisse craquait sur deux coups droits très longs (7-5).

"Nadal sera favori"

La fin était déjà proche. Malgré quelques coups d'éclat, Federer ne semblait plus en mesure de renverser la tendance comme en quarts face à Del Potro. Djokovic serrait davantage le jeu sur ses engagements et attendait la bonne occasion pour prendre un ascendant définitif sur ce match. L'opportunité arrivait à 3-2. Le Serbe ne se trompait pas dans ses choix. Et sur un nouveau coup droit hors du court il prenait le service du Suisse, auteur de 46 fautes directes contre seulement 17 à son adversaire. "Il a bien joué, dans des conditions qui étaient difficiles, expliquait le Suisse. Je n'ai pas été capable de me montrer assez solide. J'ai eu du mal à garder la balle dans le court. Dans l'ensemble, ça a été une semaine difficile. Les conditions ne m'ont pas aidé, mais il n'y a pas d'excuse. J'ai essayé, ça n'a juste pas marché." Djokovic ne tremblait pas au moment de conclure un match assez tranquille qui tranchait avec ses deux marathons précédents. Vainqueur en trois sets d'une de ses bêtes noires, Nole est fin prêt pour l'ultime défi de Roland-Garros : Rafael Nadal. "J'ai regardé son match à la télé. Rafa était très bon. Lui, tous les jours il a joué son meileur tennis. C'est le favori de la finale." Entre un Grand Chelem pour Djokovic et un record de victoires à Roland-Garros pour Nadal (7), l'enjeu sera de taille.

Djokovic : "Nadal sera le favori en finale"

Voir la video