Lionel Horter
Lionel Horter, le DTN de la fédération française | DR

Bilan: La satisfaction du camp français

Publié le , modifié le

Avec trois médailles dans la dernière journée des Mondiaux, la France a fini les championnats avec un bilan de 9 médailles, dont trois d'or, soit l'objectif fixé. "C'est un bilan magnifique", se réjouit Francis Luyce, président de la Fédération française. "Notre dynamique est là, présente", ajoute Lionel Horter, le Directeur technique national.

La France est toujours en 3e position des nations mondiales de la natation, derrière les USA et la Chine, comme à Londres l'an dernier aux JO. Elle a donc parfaitement rempli les objectifs fixés par ses dirigeants, qui était d'atteindre 9 ou 10 médailles, dont 4 d'or. "C’est un bilan magnifique. Je retiens l’enthousiasme du public français. Je n’ai jamais assisté à un tel engouement", se réjouissait Francis Luyce, le président de la Fédération française, se félicitant de voir ses nageurs "se retrouver avec les grandes nations du monde. Nous constatons l’émergence d’un certain nombre de nations comme l’Afrique du Sud et le Brésil."

Le chef de la délégation française analysait également les résultats de l'eau libre et de la natation synchronisée, la France n'ayant pas réussi à sélectionneur d'équipe de water-polo: "On était en droit d’attendre une médaille en eau libre. Mais c’est porteur d’avenir. On avait la même stratégie sur le plongeon avec Matthieu Rosset au 1m. Le travail de fond permet d’envisager l’avenir avec sérénité." En revanche, pour la natation synchronisée, il va y avoir du changement: "On ne progresse plus", assène-t-il.

"Des moments magiques à l'intérieur, partagés à la piscine"

Lionel Horter, le DTN, saluait "l'engagement irréprochable" des nageurs. "Il y a eu des moments magiques à l’intérieur de l’équipe, partagés à la piscine et partout en France d’après les retours que j’ai eus. Mais il y a eu des moments difficiles avec deux courses sur 400 nage libre féminin et 50 nage libre masculin." Il admettait néanmoins avoir du travail pour garder les nageurs concernés jusqu'au dernier jour, même si le relais 4 nages masculin a démontré le contraire dimanche: "Les grandes nations maintiennent mentalement et physiquement jusqu’au dernier jour. C’est un exemple." Pour lui, "la dynamique est là, présente", et il compte l'amplifier l'année prochaine lors de l'Euro à Berlin: "Il y aura une revue d’effectifs plus large qui peut peut-être rebattre les cartes", annonce-t-il.

Entraîneur en chef de l'équipe de France, Romain Barnier était "fier de ce qu'a fait l'équipe", qui "a besoin de mûrir encore" et qui a eu besoin d'assumer son nouveau statut. "C’est la première fois que la France se présentait avec une grosse équipe, et un devoir de résultats." La dernière journée, et ses deux médailles d'or ainsi que l'argent, a forcément embelli le tableau, et terminé le travail sur une note très positive: "Nous n'avons pas eu de médaille pendant deux jours, mais nous n'avons pas baissé les bras. C'est un trait de caractère de cette équipe et c'est ce qui est le plus beau", concluait-il.

Vidéo: l'apothéose de la fin des Mondiaux avec l'or du relais