Jean-René Bernaudeau portrait 2010
Jean-René Bernaudeau | AFP - FRANCK FIFE

Bernaudeau : "Certains peuvent perdre tout espoir au général"

Publié le , modifié le

Avant le départ de la 5e étape entre Carhaix et Cap Fréhel, Jean-René Bernaudeau, le manager de l’équipe Europcar, a accepté de faire un point sur les forces en présence. Notamment Cyril Gautier, local de l’étape, et Christophe Kern, mal en point en raison d’une tendinite au genou.

Quelle va être la clef de l’étape du jour ?
« Tout le monde pense que l’échappée ira au bout aujourd’hui. Ca va être extrêmement dangereux et il va y avoir du vent de côté. Si on ne sait bien évidemment pas qui va gagner mais ce qui est sûr, c’est que certains peuvent perdre tout espoir au général en cas de cassure ou de chute. A mon avis, ça va être une étape où on aura des choses à dire ce soir. »

Cyril Gautier semble plutôt en forme. Que peut-on attendre de lui aujourd’hui ?
« Il va être LE local de l’étape (NDLR : Il habite à Trégueux). Ce matin, il se sent bien, il est en bonne forme, il est même euphorique. On croise les doigts pour qu’il n’ait pas d’accident. »

Perrig Quemeneur est l’autre Breton de l’équipe Europcar. Il va sans doute vouloir montrer le maillot lui aussi …
« Il est effectivement Breton, de Plouescat, mais vous savez le concept de local de l’étape est un peu dépassé. Il y a un enjeu terrible sur le Tour et pas seulement quand on passe chez soi. Ca c’était l’époque du gentil vélo. Anthony Charteaux a pris 10 secondes pour faire un bisou à ses enfants mais l’étape le permettait. Aujourd’hui, c’est différent : ça va être une étape tendue, nerveuse, pas très longue. »

Et qu’en est-il de Christophe Kern qui souffre d’une tendinite au genou gauche ?
« C’est un coup dur. On va devoir prendre une décision ce soir ou demain pour savoir s’il abandonne ou pas. C’est une grosse déception pour Europcar car il était notre meilleur coureur pour le général. »

Vincent Jérôme est l’actuelle lanterne rouge. Reste-il encore motivé ?
« Oui et il va s’en sortir. D’ici 4-5 jours, j’espère que ses soucis seront derrière lui. Vous savez, il souffre énormément. Il a deux plaies aux genoux depuis la chute collective de la première étape. C’est son premier Tour donc il est un peu déçu de ne pas pouvoir être devant. Mais c’est comme ça. Le Tour, c’est difficile. »

Un pronostic pour l’étape d’aujourd’hui ?
« Des équipes peuvent créer la surprise, je pense notamment à celle du Norvégien Thor Hushovd (NDLR : Garmin-Cervélo). »

Isabelle Trancoën