NBA Dallas Mavericks Kidd Terry contents 05 2009
Jason Terry et Jason Kidd (Dallas) | AFP - Ronald Martinez

Voie royale pour Dallas

Publié le , modifié le

Grâce à une fin de match renversante, les Mavericks sont venus à bout du Thunder après prolongations (112-105) et mènent désormais trois victoires à une dans cette finale de Conférence Ouest des play-offs NBA. Une fois encore, Dirk Nowitzki a été énorme.

"Nous mentirions si nous disions que nous ne sommes pas surpris. Quand on est mené de 15 points à cinq minutes de la fin, on espère juste que quelque chose va se passer. Tout ce qu'on peut faire c'est espérer". Brendan Haywodd, le pivot de Dallas la jouait modeste à la fin de ce match 4. Et pourtant, le miracle a bien eu lieu. Petit à petit, les Mavericks ont en effet comblé leur retard face au Thunder, qui a complètement déjoué durant les ultimes minutes d'un match que les partenaires de Durant (29 points, 15 rebonds) avaient parfaitement maîtrisé. Oklahoma encaissait ainsi un terrible 17-2, rédhibitoire à ce niveau de la compétition. Assurément le tournant de cette série. Alors que les deux équipes auraient pu, auraient du, se retrouver à 2-2, la franchise texane n'est plus qu'à un succès de la finale NBA...

Dirk Nowitzki a de nouveau été le bourreau du Thunder. L'Allemand, auteur de 40 points sur l'ensemble de la partie, a inscrit deux lancers francs à sept secondes de la fin du temps réglementaire, ramenant les deux équipes à égalité 101-101. Dallas a ensuite logiquement contrôlé la prolongation face à un adversaire déstabilisé. "Parfois il y a des matchs qui son faits pour tester la force et la volonté d'une équipe", notait Jason Kidd, lui aussi déterminant avec ses 20 points. Côté Oklahoma, le coup est dur à encaisser. "Si ce genre de défaite ne vous fait pas mal, aucune défaite ne vous fera mal", soufflait Scott Brooks, le coach du Thunder. Kevin Durant, lui, préférait rester positif. "Ce n'est pas encore fini". Certes, mais il faudra désormais un exploit au Thunder pour empêcher Dallas de retourner en finale NBA, sept ans après sa dernière participation.

Julien Lamotte