France temps mort Pierre Vincent 092010
Pierre Vincent parle à ses joueuses | AFP - JOE KLAMAR

Vincent: "Notre cible: la qualification aux JO"

Publié le , modifié le

Avant d'ajouter à ses fonctions le coaching de l'ASVEL, Pierre Vincent, le sélectionneur de l'équipe de France féminine, veut mener son groupe à la défense de son titre européen de 2009, lors de l'Euro en Pologne qui débute samedi. "Une place pour les JO, c'est l'objectif plancher. Il faudra mettre toute notre énergie pour accrocher une 5e place si à un moment donné on a un accident de parcours. Et après l'idée c'est d'aller le plus loin possible."

- Vous êtes restés invaincus en préparation et abordez donc l'Euro sur une bonne dynamique...
- "Pour le moment tout va bien. Mais ce ne sont que des matches amicaux. Il n'y a pas d'excès de confiance. Il faudra ne pas oublier qui on est. C'est à dire une équipe costaude, athlétique, dense, qui doit être disciplinée et patiente, parce qu'on n'est pas très adroit."

- Le retour des absentes du Mondial vous a-t-il forcé à changer vos schémas de jeu?
- "Non. Parce qu'une équipe ça se prépare sur du long terme. On a fait des ajustements au Mondial parce qu'il y avait des absences, en particulier celle d'Emilie (Gomis) qui changeait un peu notre configuration extérieure. Là, on a fait quelques petites modifications, mais on est avec les bases de jeu qu'on a utilisées pendant trois, quatre ans."

- Comment jugez-vous le niveau de l'équipe par rapport à celle de 2009?
- "On est plus costaud à la mène. A l'intérieur aussi, avec des joueuses qui sont un peu plus matures. A l'extérieur, c'est un peu plus fragile. Mais avec des joueuses qui connaissent bien leur métier."

- En 2009, vous pouviez compter sur Cathy Melain, partie à la retraite après ce titre...
- "Cathy nous apportait sa connaissance du jeu. C'était quelqu'un qui ne faisait pas d'erreur, connaissait le jeu et rassurait l'équipe. Mais cette génération là a gagné en maturité. Elles n'ont plus besoin de quelqu'un pour les rassurer."

- Que peut vous apporter Edwige Lawson-Wade?
- "D'abord son expérience. Ensuite sa qualité de scoring extérieur. Et Dieu sait qu'on en a besoin. Elle a aussi une vraie bonne connaissance du jeu. Elle s'est intégrée très facilement, à l'image de ce qu'elle est. Quelqu'un de très agréable à vivre."

- Quel est l'objectif prioritaire: le titre ou la qualification pour les JO?
- "Une place pour les JO, c'est l'objectif plancher. Il faudra mettre toute notre énergie pour accrocher une 5e place si à un moment donné on a un accident de parcours. Et après l'idée c'est d'aller le plus loin possible. Parce qu'on peut aspirer effectivement à la plus haute marche."

- Le fait qu'aucune équipe de France ne se soit qualifiée pour les JO depuis 2000 est-il présent dans les esprits?
- "Non, ce n'est pas notre souci. Nous on est depuis quatre ans focalisé sur les JO. Ce n'est pas en se focalisant sur le risque, que ça va nous rendre meilleurs. Notre cible à nous elle est très claire, c'est la qualification aux JO. Soit directe, soit par le TPO. On s'en fiche, on veut y aller."

- Quels seront vos adversaires privilégiés?
- "On peut perdre contre tout le monde. Il faut respecter tout le monde. La Russie, l'Espagne, le Bélarus sont nos adversaires majeurs. Avec la Tchéquie. Le niveau européen est très, très dense. C'est le meilleur niveau de jeu moyen mondial."

AFP