Pierre Vincent (Asvel)
Pierre Vincent (Asvel) donne ses consignes au temps mort | PHOTOPQR/LE PROGRES

Villeurbanne veut confirmer

Publié le , modifié le

Vainqueur surprise à Chalon en ouverture du championnat, l'Asvel espère désormais confirmer à domicile face au promu Boulazac. La défaite est même interdite pour les Verts qu'on donnait moribond après une préparation ratée. Dans l'autre match avancé de la 2e journée de Pro A, Orléans reçoit Cholet. Samedi, l'affiche mettra aux prises le Paris-Levallois au Mans, deux prétendants au titre.

Passe de deux pour l'Asvel ?

Avec neuf défaites en dix matches de préparation, Villeurbanne avait tout du futur flop de l'année. Le flop, c'était avant un succès improbable à Chalon (72-71) vendredi dernier. Depuis, les Verts ont retrouvé le sourire et un début de sérénité. Mais tout peut être remis en cause ce soir en cas de défaite contre Boulazac à l'Astroballe. "On était à moitié enterrés après les matches de préparation. On avait soi-disant fait un mauvais recrutement, on avait une mauvaise équipe, on n’était pas préparés, etc… Mais dès qu’on a gagné contre Chalon, on m’a dit : « il faut compter sur vous ». Attention, je réponds qu’on n’a gagné qu’un match et que si on perd contre Boulazac, on aura l’air malins et la victoire à Chalon n’aura alors servi à rien…", avoue l'entraîneur rhodanien Pierre Vincent sur le site internet du club. L'Asvel est bien conscient de ses limites actuelles et ne voit plus aussi loin qu'avant. Les projets restent ambitieux mais les délais sont bien plus flous et seul la vérité du terrain est visible. Face au promu, il n'est pas question de s'emballer. "Attention chaque adversaire est potentiellement dangereux et on doit donc être bien attentifs et respecter le club de Boulazac en prenant en compte ses qualités et ses limites, prévient Vincent. Ils ont un jeu beaucoup axé sur le secteur intérieur, avec Monroe qui met beaucoup de points à un très gros pourcentage de réussite. Mais ils ont aussi des arrières qui sont agressifs et qu’il faudra contrôler." Chef d'orchestre de l'équipe, Paccelis Morlende est au diapason de son coach. Tout excès de confiance est à bannir. "On sait qu’on n’est pas encore dans la sérénité, et que ce ne sera pas un match facile face à Boulazac, confirme-t-il. Il faudra prendre cette équipe très au sérieux, être concentrés pendant 40’ pour s’éviter des problèmes"

Diot retrouve Le Mans

Après trois saisons au MSB dont deux gâchées par ses problèmes de dos, Antoine Diot a choisi de rejoindre Paris pour donner un nouvel élan à sa carrière. Opéré avec succès, le Bressan a démontré qu'il n'avait rien perdu de son basket. Artisan du large succès du PL contre Orléans (19 pts, 9 rbds, 7 passes), Diot a faim de matches et de victoires. La réception du Mans tombe à pic pour le meneur international et son club car il s'agit d'un excellent test. Costauds malgré l'élimination en tour préliminaire de l'Euroligue et appliqués face à Nancy, les Sarthois semblent déjà bien au point. Un succès à Levallois, d'un côté comme de l'autre, affirmerait les ambitions de l'équipe pour cette nouvelle saison. Battu la semaine dernière, Roanne doit lui immédiatement se remettre la tête à l'endroit. La Chorale sera sous pression samedi à Nancy, qui doit composer avec la blessure (rupture des ligaments croisés du genou) de son arrière Jamal Shuler. Vainqueur jeudi en Euroligue, le tenant du titre Chalon va devoir se faire très vite au rythme des alternances Championnat-Euroligue. Les Chalonnais n'auront que trois jours de repos avant de prendre la route de la Vienne. Ce déplacement à Poitiers est important pour l'Elan, qu'un deuxième revers de rang mettrait d'emblée dans une situation délicate. Même sans Evan Fournier, drafté en NBA, Poitiers a des arguments !